Sa propre normalité

Autrice : Valéry K. Baran.

Genres : M/F, sexualité de groupe.

Résumé : La première fois qu’elle a un rapport sexuel à trois, c’est sa première fois tout court, et elle songe déjà à quel point elle dévie de la normalité.

Sa propre normalité

La première fois qu’elle a un rapport sexuel à trois, c’est sa première fois tout court, et elle songe déjà à quel point elle dévie de la normalité. Elle se demande ce qu’en diraient Natacha et Stella, et surtout cette commère de Stéphanie, si elles savaient. Alors elle n’en parle pas et elle les laisse continuer à se lamenter sur son caractère effacé et à essayer à l’occasion de la « décoincer » en lui présentant divers garçons de son lycée. À chaque fois, elle se montre trop réservée pour laisser naître chez ces derniers le moindre espoir à son sujet, ce qui lui convient parfaitement. Elle a déjà Johan et, si elle préfère cacher sa relation avec lui de peur que les autres la salissent de leur curiosité, elle n’a besoin de personne d’autre pour se sentir heureuse.

La première fois qu’elle recommence, ils sont un de plus, et elle se rend compte qu’il s’agit déjà pour elle de sa propre normalité. Ils n’en ont jamais parlé auparavant avec Johan et ils ont eu raison de ne pas le faire. Pour lui comme elle, ça paraît juste simple, tout comme pour l’ami de Johan la fois précédente et ces deux-là maintenant. Aucun ne se pose d’ailleurs de questions et elle en fait autant. Elle est présente, elle a leur attention à tous, et leurs baisers sur le grain de sa peau suffisent amplement à lui engourdir l’esprit et à la faire se tendre vers chacun de leurs gestes. Certains penseraient, en la voyant ainsi, qu’elle est manipulée, qu’elle est trop jeune, qu’elle ne devrait pas se laisser traiter ainsi, mais elle ne trouve pas qu’elle « se laisse » ni même qu’elle est « traitée ». Et tous les qualificatifs que les gens ont tendance à attribuer aux filles comme elle ne lui semblent pas la concerner. Si elle reste silencieuse, ce n’est qu’un trait de sa personnalité et sa passivité ne vient que d’un manque d’habitude trop important pour lui permettre de prendre des initiatives. Mais elle se sent pourtant parfaitement à sa place, entre eux trois. Et puis, ils sont gentils ces garçons qui l’entourent. Leurs bouches sont chaudes et ils lui sourient, et leurs mains passent tendrement dans sa chevelure et ils lui disent qu’elle est belle, elle qui s’est toujours trouvée insipide, et ils s’intéressent tous à elle, elle qui s’est toujours cachée dans l’ombre des autres. Et lorsque c’est fini, ils recommencent à s’attrouper autour de la table basse pour décapsuler des bières et bavarder de tout sauf de ce qu’il vient de se passer, mais ils la traitent encore comme une reine. Quant aux baisers amoureux de Johan dans son cou, elle a le sentiment que rien de plus doux ne pourrait lui arriver en ce monde.

La première fois qu’elle entre dans un club échangiste, il y a déjà quelque temps qu’elle n’est plus avec Johan, et c’est un autre homme, Philippe, qui l’accompagne. Elle a pris l’habitude d’aller d’un bras à l’autre. Lorsque son histoire avec Johan se termine, elle se retrouve naturellement chez l’un des amis de celui-ci. D’abord. Puis d’autres se succèdent. Étienne la présente à Adrien, Adrien à Fabienne et, au gré de leurs soirées, à tous les habitués de l’appartement du 23 rue Montgallet. Puis d’autres résidences, d’autres cercles le remplacent. Philippe n’est, lui aussi, qu’un bras autour duquel elle enroule le sien pour une période limitée. Elle prend le temps de saluer la gérante et répond poliment aux quelques questions que celle-ci lui pose, mais remarque rapidement une femme allongée sur une table. Contre elle, se presse un groupe d’hommes, l’un au niveau de son visage, un autre fermement installé entre ses cuisses, et les suivants sont trop nombreux autour pour qu’elle puisse voir plus en détail la scène, mais elle se sent cependant jalouse de ne pas être à la place de cette femme. Elle n’a jamais eu de rapport en tête à tête avec Philippe ; elle n’en verrait d’ailleurs pas l’intérêt. Le temps passant, elle s’est tellement habituée à ne jamais s’offrir à moins de deux hommes différents qu’elle n’imagine pas un instant vivre autrement sa sexualité. Elle finit par se détourner, appuie ses avant-bras sur le comptoir du bar pour commander une boisson, et laisse Philippe se faire séduire par une belle quarantenaire. Elle-même scrute les invités l’entourant, en attendant. Bientôt, elle le sait, ce sera elle qui sera allongée sur le dos, un sexe dans sa bouche, un autre entre ses jambes et, si elle sait se montrer invitante, deux autres entre ses mains. Et elle oubliera très vite de s’amuser à compter tous ceux qui la désireront.

La première fois qu’elle revoit Johan après toutes ces années, c’est sur le pas de sa porte. Il n’a que légèrement changé. Ses traits ont mûri, l’angle de sa mâchoire est devenu plus prononcé, mais le charme qui se dégage de son sourire gêné lui apparaît plus adorable encore que dans ses souvenirs. Elle lui offre une bière et tous deux s’asseyent sur son canapé, elle ses jambes repliées sous elle comme elle le faisait souvent quand ils étaient lycéens, lui une main perdue dans les mèches rebelles qui bouclent sur son front.

Et ils parlent des années passées.

Ils racontent tout ce qu’ils sont devenus, les amis, la famille, le travail, et ne peuvent rapidement plus cesser d’être curieux l’un envers l’autre, mais n’abordent à aucun moment le chapitre de leur vie sexuelle. Curieusement. Ou non. Elle ne se pose que brièvement la question, incapable de savoir qu’en penser. Puis, lorsqu’un silence se fait finalement entre eux et se prolonge, rien ne lui semble plus naturel que de rester ainsi, à se regarder tous deux et à se sourire. Et lorsque Johan se penche lentement vers elle, elle ferme les yeux et s’avance imperceptiblement vers lui. Leur baiser est lent, si lent qu’elle ne pense plus à quoi que ce soit d’autre qu’à la sensation unique de sa bouche sur la sienne. Ses mains sur elle sont chaudes, les mouvements avec lesquels il fait descendre sa jupe merveilleusement doux, comme s’ils ne s’étaient jamais éloignés l’un de l’autre. Comme s’ils étaient restés tout le temps amoureux. Et son esprit est tellement plein de lui et de sa présence, et de ses baisers sur sa peau, et de son odeur, et du poids de son corps sur le sien, qu’elle ne réalise même pas quand sa bière se renverse au sol et se répand sur le tapis de son salon.

Seulement, après, lorsqu’ils sont tous deux allongés l’un sur l’autre, sa chemise à lui trempée par la bière déversée au sol, sa culotte à elle juchée sur le haut du dossier du canapé, elle songe qu’ils viennent d’avoir un rapport sexuel à deux seulement et que ça aussi, avec Johan, ça lui a finalement semblé complètement naturel.

Et que c’était la première fois.

Encore

Encore

La porte claqua contre le mur, alors que les lèvres de Colin se trouvaient sur les siennes et ses mains sous son t-shirt.

Victor chercha un appui sur le rebord du meuble de cuisine attenant, faisant chuter le porte-clés qui s’y trouvait tandis que Colin refermait d’un coup de pied la porte de son appartement. À aucun moment, leurs bouches ne se quittèrent. Son t-shirt fut enlevé d’un geste empressé, tomba au sol, les lèvres de Colin se retrouvèrent contre sa clavicule. Victor tendit la tête en arrière, pantelant, et crispa les doigts sur les épaules de Colin. En le sentant descendre pour embrasser son torse, il frémit, résista à le pousser plus bas avec ses mains, vu mille images de Colin avec son sexe entre ses lèvres… Iraient-ils jusque-là ? Alors qu’ils traversaient la ville dans sa voiture, Colin lui avait avoué qu’il se doutait depuis un moment de son homosexualité. Il en avait même parlé avec d’autres joueurs. Victor n’avait su qu’en penser. Alors que ses tétons se faisaient aspirer l’un après l’autre, il haleta.

D’après ce que Colin lui avait dit, ce n’était pas tout à fait sa première fois. Il avait déjà eu quelques expériences penchant du côté de l’homosexualité, mais jamais abouties : du voyeurisme, surtout. Une fois, un autre type qu’il avait laissé le sucer, rien de plus. Victor se demandait, si les deux autres joueurs n’étaient pas entrés dans la douche, s’il se serait contenté de ça : décharger dans sa bouche, et puis plus rien. Mais Colin l’avait embrassé, caressé, fait jouir, et manifestait désormais le désir de le pénétrer. Pourquoi lui ? Il ne le savait pas. Colin était l’archétype de l’hétéro curieux : le genre de type à satisfaire une curiosité tout en sachant qu’il n’irait jamais plus loin. Il en avait déjà connu des comme ça. Sur le moment, il s’en moquait pourtant : qu’il se serve de lui, s’il le voulait. Il le désirait tellement qu’il s’en foutait totalement.

Il accueillit le retour des lèvres de Colin sur les siennes avec envie. Celui-ci ne le prendrait donc pas dans sa bouche, il s’en était douté.

Avec empressement, il lui retira à son tour ses vêtements, se laissa pousser plus loin dans la pièce, butant contre la table de la cuisine. Lorsque Colin l’y retourna, il ne fit rien pour retenir ses gestes, s’agrippant simplement au meuble de bois, et il se crispa quand son pantalon fut descendu. Il entendit le bruit qu’il espérait, celui qui annonçait la suite à venir : la fermeture éclair du jean de Colin, et qui lui parut être le son le plus érotique qui pouvait parvenir à ses oreilles. Puis il sentit sa verge, si dure, si ferme, entre ses fesses. L’excitait-il à ce point pour qu’il veuille si vite le pénétrer ? Était-ce dû à ce qu’il avait vu dans les douches ? Le voir se faire posséder par ces autres joueurs lui avait-il tant plu ?

Le sexe de Colin frotta contre ses muscles, glissant entre ses lobes de chair, stimulant à chaque passage l’entrée fine de son corps, celle dans laquelle Victor voulait tant qu’il se glisse. Sa voix grave s’éleva :

– Tu en as envie ?

En réponse, Victor poussa des fesses contre lui, tremblant.

– Oui.

Mais Colin ne le pénétra pas pour autant. Seulement continua-t-il à se masturber entre ses fesses, les pétrissant et les resserrant contre son sexe. Puis il s’arrêta enfin et étira ses muscles de manière à dégager son orifice.

Victor lâcha une brusque expiration. Il voulait le sentir en lui. Il le voulait si fort.

– Là ?

– Oui, souffla Victor. Oui, là.

L’excitation rendait son souffle erratique et sa respiration laborieuse.

Alors, Colin écarta plus encore sa chair et s’enfonça en lui. Victor se raidit. La sensation de sa verge l’emplissant l’excita si fortement qu’il fut comme proche de jouir. De réflexe, il retira l’une des mains avec laquelle il se tenait à la table et la glissa devant ses cuisses. En enserrant son membre, il tourna toutefois la tête vers Colin. Celui-ci acquiesça.

– Tu peux, lui confirma-t-il, comme s’il avait compris la question silencieuse qu’il lui adressait du regard.

Puis il se recula et, lorsqu’il s’enfonça de nouveau en lui, Victor lâcha un profond gémissement. Il avait fantasmé sur plusieurs de ses coéquipiers, mais avec aucun d’autre autant qu’avec Colin. Il avait désiré sa chair en lui, ses coups de reins, il s’était caressé tellement de fois en l’imaginant en train de le pénétrer… Le vivre soudain rendait l’acte comme irréel, le plaisir irradiant de manière si forte, en lui, qu’il doutait de pouvoir résister longtemps. Même sa main sur son sexe lui semblait être de trop : il se contentait de le tenir, n’y faisant que de rares va-et-vient tant il craignait de jouir trop vite. Seuls ses gémissements laissait-il s’exprimer sans entrave, sa voix s’élevant au fur et à mesure que Colin se mouvait en lui, témoignant de son plaisir alors que son visage se pressait contre la table et que ses yeux s’humidifiaient.

Puis Colin commença à claquer plus rapidement contre ses fesses et Victor gémit plus fort. Son corps entier tremblait, le sexe de Colin frottant à chaque fois contre l’endroit le plus sensible de son corps, créant des décharges qui envahissaient puissamment ses nerfs, et il se sentit proche de succomber lorsque, soudain, les coups de reins cessèrent.

Colin se retira et, pendant un instant, Victor eut peur qu’il ait joui. Il ne s’en était pas rendu compte, pourtant. Ou qu’il ne veuille plus continuer.

Mais il le tira simplement par la main puis le positionna sur bord du canapé. Sur le dos. En s’allongeant, Victor fut décontenancé en se rendant compte que, dans cette position, il ne pourrait plus rien lui cacher de sa masculinité. Il laissa un coussin se faire placer sous ses hanches, et finit de relever lui-même son bassin en attrapant ses cuisses. Colin posa alors les mains juste au niveau de la pliure de ses genoux, l’exposant plus encore et, d’un coup, alors qu’il se penchait pour s’emparer de ses lèvres, il le pénétra de nouveau.

Immédiatement, Victor gémit, enserra sa nuque en l’embrassant plus ardemment, sentant sa verge aller et venir à l’intérieur de lui. La tête lui tournait et le plaisir incendiait si vivement son corps qu’il ne parvenait presque plus à trouver son souffle. En de longues poussées, Colin le prit, comblant sa chair, claquant contre la peau devenue sensible de ses fesses et le faisant s’enfoncer à chaque fois plus profondément dans le coussin.

Le rythme s’accéléra, leurs gémissements se mêlèrent puis, d’un coup, en de longs va-et-vient plus secs et nerveux, Colin atteint l’orgasme, se déversant en lui avec force.

Allongé, Victor n’osa plus bouger. Il n’avait pas joui, mais ça lui parut sans importance, tant ce qu’il venait de vivre avait été fort. Toujours à l’intérieur de lui — il pouvait sentir sa verge l’emplir et encore pulser — Colin se redressa alors, et il enserra son membre. L’instant suivant, il se mit à le caresser avec tant de vivacité que Victor se raidit et qu’il n’eut besoin que de quelques mouvements pour se répandre à son tour. L’orgasme l’envahit, le faisant se resserrer contre le sexe de Colin et il entendit gémir alors que sa verge se contractait de nouveau en lui.

Enfin, il resta pantelant, couvert de sa propre substance et le bas du corps ouvert tandis que Colin se redressait.

Il ferma les paupières.

Il restait désormais à savoir ce que Colin voudrait faire de lui : le mettre dehors, probablement. Lorsqu’il rouvrit les yeux, il vit que, sur ses lèvres, un petit sourire en coin s’était de nouveau affiché. Toujours allongé, Victor le regarda aller vers le frigo, en sortir une bière, puis une deuxième, lui en montrer une.

– Tu en veux ?

– Oui.

Il n’osa pas se redresser, de peur de salir le canapé.

Colin parut le comprendre car il lui lança une serviette après s’en être servi en premier pour se nettoyer.

– Tu peux l’utiliser.

Victor acquiesça.

Colin se posa lourdement à côté de lui tandis qu’il s’essuyait.

– Tu…

Victor le sentit passer les mains dans les cheveux sur son front, le caressant doucement. Il leva le regard sur lui, profitant de l’instant. Lorsqu’il s’assit, il attrapa la bière qu’il lui tendit. Un baiser suivit aussitôt, long et langoureux, au goût de malt.

– Tu veux recommencer ? dit Colin dans un sourire.

Victor rit brièvement. Il but une gorgée.

– Oui.

– Oui, confirma Colin.

– Pas tout de suite, modéra Victor.

Colin acquiesça, avant de lui caresser le crâne, doucement.

– Oui. Après la bière, juste.

Et le sourire qu’il lui adressa revêtit, au-delà de son ambiguïté habituelle, une forme de complicité.

Maintenant

Autrice : Valéry K. Baran.

Genres : PWP, foursome, M/M/M/M, érotique, romance.

Résumé : Des douches des vestiaires. Ou de la nécessité de suivre ses pulsions lorsque, après avoir consciencieusement veillé à ne jamais montrer son homosexualité dans le milieu du sport, l’on voit son coéquipier se diriger vers les douches avec un clin d’œil significatif à son intention.

Liens vers les différents chapitres

MaintenantEncore

Maintenant

Les plastrons et les épaulettes claquèrent tandis que Victor pénétrait dans les vestiaires avec les membres de son équipe. Le public criait toujours au-dehors, hurlait, acclamait. La sueur coulait sous leurs casques. Il se posa lourdement sur le banc, ôta lentement ses protections et, plus progressivement encore, commença à se dévêtir, prenant son temps, marquant des pauses. Les autres se bousculaient en s’amusant et l’euphorie de la victoire les rendait plus surexcités qu’ils ne l’avaient été avant le match. Victor, lui, resta à l’écart de ça.

Petit à petit, il les vit se déshabiller, passer les uns les autres à la douche, remettre leurs vêtements de ville, puis sortir. D’autres équipes avaient pris leur suite, dehors, comme en attestaient les applaudissements des spectateurs et les appels au micro du commentateur. Seul Victor resta assis, encore en short, tandis que ses coéquipiers quittaient la pièce. Il attendait toujours de se retrouver seul avant de se laver. Ce n’était pas quelque chose qu’il se laissait aller à faire avec les autres. Il réagit à leurs boutades habituelles concernant sa pudeur présumée en faisant semblant de s’en amuser. Colin, cependant, n’était pas encore sorti. Il tâcha de faire comme s’il ne voyait pas son corps nu. Il fixa ses pieds, attendant.

Il détestait les passages aux vestiaires comme d’autres haïssent les fêtes de fin d’année, ou tous ces autres moments pour lesquels il était attendu un état d’esprit. Ce qu’il aurait dû éprouver, il le savait : l’impatience, la peur, l’exaltation, la franche camaraderie, les effusions viriles, frappes sur l’épaule, et l’amitié tellement dénuée du moindre sous-entendu qu’on pouvait se palper les fesses sans qu’il y ait là de geste déplacé. Pourtant, chez lui, tout était déplacé : ses pensées, lorsque son regard se posait sur les corps nus de ses camarades, ses réactions physiques lorsque ceux-ci le touchaient, ses perceptions lorsque l’un d’eux lui souriait d’une manière qui aurait pu signifier toute autre chose qu’une simple expression d’affection… Surtout avec Colin. Colin dont les sourires en coin semblaient toujours porter en eux un second degré, Colin qui ignorait la pudeur, Colin qui devait être le seul type au monde capable de faire des étirements, entièrement à poil, à l’intérieur des vestiaires, Colin qui était resté seul, dans la pièce encore saturée d’odeur de sueur alors que les clameurs du public noyaient toute possibilité de conversation dans un désordre sonore.

Puis Colin se redressa et, lorsqu’il se positionna debout face à lui, Victor put voir que son sexe affichait un début d’érection. Surpris, il releva le visage, reconnut l’un de ses habituels sourires en coin, alla jusqu’à chercher son regard… Et patienta.

Soudain, l’attente ne fut plus si pénible. Elle était devenue fébrilité, ferveur, instant suspendu dans le temps où tout était possible, où le moindre acte serait porteur d’une signification plus forte que tout ce qui avait pu se produire précédemment : provocation ou moquerie… invitation, peut-être. La porte des vestiaires s’ouvrit à ce moment et, si Colin attrapa sa serviette pour s’en entourer rapidement le bassin, il ne se dirigea vers les douches qu’après lui avoir lancé un clin d’œil.

Victor eut un temps d’hésitation. Il le regarda passer derrière la paroi carrelée, plus loin.

Alors, aussi négligemment que l’imposait l’arrivée de leurs collègues, il se leva. Son regard effleura le sol, se releva lentement vers les deux hommes qu’il salua de la tête, se dirigea vers l’endroit où Colin avait disparu. Il sentait son pouls battre si distinctement dans ses tempes que sa tête lui tournait.

Une fois arrivé à l’entrée de la douche, il se posa contre le mur pour profiter du spectacle qu’il découvrit. Adossé au carrelage au fond de la pièce, Colin avait renversé la tête sous l’eau chaude et son sexe était, cette fois, entièrement dressé. Un nuage de vapeur commençait à se diffuser au sol et les cris du public assourdissaient jusqu’au tapotement des gouttes à ses pieds, les isolant. Victor n’hésita pas. Sa respiration s’était accélérée et son esprit n’était plus fixé que sur le corps qui se dressait face à lui. Le sexe tendu qui l’appelait. D’un pas mesuré, il marcha vers lui, ôta en chemin son short qui ne dissimula plus sa propre érection puis, une fois parvenu à sa hauteur, d’un coup, il tomba à genoux. Comme en extase. Et prit sa hampe dans sa bouche. C’était ce qu’il voulait, ce qu’il avait crevé de faire toutes les fois où il l’avait vu nu devant lui. Les doigts de Colin entrèrent dans sa chevelure, s’y serrèrent, et il enfourna profondément sa verge, suça, aspira, se gava de cette chair chaude qu’il désirait en lui, la faisant glisser sur les parois de sa bouche, la surface de ses lèvres, la possédant comme il aurait aimé qu’elle le possède. Ses mains se crispaient sur les fesses de son partenaire, palpaient les muscles à sa portée, y enfonçaient les doigts, tandis qu’il continuait à aller et venir le long de son sexe et que l’eau leur tombait toujours dessus.

Il aurait aimé prendre sa propre verge dans sa main, mais il ne savait pas s’il pouvait se le permettre. Peut-être que Colin n’avait besoin que de drainer l’excitation née de leur match, peut-être qu’il n’acceptait sa bouche que parce qu’elle lui procurait ce qu’une femme aurait pu lui offrir ; il ignorait si le voir dans sa masculinité, avec ses gestes et ses besoins d’homme, risquerait de le faire fuir. Il ne se posa pas plus de questions. La chair dans sa bouche l’échauffait profondément et il accéléra ses allées et venues, jusqu’à ce que Colin resserre les doigts sur son crâne et jouisse dans un mouvement de hanches et une avancée plus vive des reins. Au comble de l’excitation, il avala ce qui se présenta à lui, conscient que son propre sexe pulsait d’envie. Lorsqu’il relâcha celui de Colin pour relever le visage, il fut surpris de le voir regarder ailleurs : derrière lui, avec un sourire amusé. Aussitôt, il se retourna. Les deux hommes qui étaient entrés dans les vestiaires — deux joueurs d’une autre équipe — se tenaient à l’entrée de la douche, nus également, et ils le fixaient avec une inclinaison particulière des lèvres.

Leurs sexes, à eux aussi, étaient dressés.

Alors, Victor sut ce qui allait se passer. Et l’attendit avec une profonde fébrilité. Le premier avança, lui présenta sa verge, comme il était encore à genoux devant celle de Colin. Et, puisqu’il ne désirait rien de plus, il s’empressa de la prendre dans sa bouche, tandis qu’il tendait la main pour caresser dans le même temps celle du deuxième joueur. Longuement, il aspira, conscient au fond de lui-même qu’il était en train d’enfreindre toutes les règles qu’il s’était fixées durant toutes ses années dans le milieu du sport : celle de ne jamais coucher avec un autre joueur, celle de ne jamais montrer son homosexualité… Les autres membres de son équipe, de plus, n’étaient pas loin. Il ignorait ce que pourrait raconter Colin après un tel évènement, il ignorait ce qu’il pourrait se produire si d’autres entraient. Sur le moment, pourtant, il s’en moquait. L’excitation, violente, embrumait son cerveau et il suça avec délectation, passa d’une verge à l’autre, les prenant chacune leur tour dans sa bouche, caressant l’autre pendant ce temps… Colin se tenait à côté de lui, passant par moment les doigts dans les mèches trempées de ses cheveux, descendant sur sa joue, en des gestes si doux et si troublants qu’il finit par lâcher la hampe qu’il aspirait pour presser son visage dans sa paume, se gavant de son contact.

Un signe le fit alors se relever et il suivit l’invitation de son partenaire à s’appuyer contre le mur. Sans le lâcher du regard, il y posa les deux mains, inclina les reins et écarta les cuisses. Son excitation était à son paroxysme et son sexe si tendu qu’il le sentait pulser. Il laissa tomber son visage vers l’avant et ferma les paupières, dans l’attente et l’envie. Des mains se posèrent sur ses hanches, le faisant haleter et pousser de réflexe vers l’arrière. La première verge qui s’enfonça à l’intérieur de lui, aidée par l’eau qui persistait à s’écouler sur eux, le fit gémir. Il voulait ça, oui, c’était tout ce à quoi il avait toujours rêvé lors de ces temps de silence dans les vestiaires, lors de ses contemplations discrètes des corps nus de ses camarades, lorsqu’il les voyait partir se laver en se débrouillant toujours pour être trop lent ou trop rapide pour les y croiser… Il serra les dents sur ses lèvres alors que le sexe qui le pénétrait coulissait dans son corps, frottait contre sa prostate, provoquant en lui des éclairs de plaisir qui éclataient en d’innombrables piques qui se propageaient jusqu’à l’intérieur de son ventre. Les va-et-vient suivirent, s’intensifiant et le faisant presser de plus en plus fortement les mains contre le carrelage pour ne pas glisser, serrer ses lèvres l’une contre l’autre pour s’empêcher de gémir, retenir parfois sa respiration. Il ne savait toujours pas s’ils le voulaient en tant qu’homme ou en tant que corps à leur disposition et craignait que toute manifestation trop nette de sa virilité — sa voix comprise — casse ce qui était en train de se produire. Alors, il retint ses manifestations d’extase tant qu’il le put, jusqu’à ce que le plaisir pulse même à l’intérieur de sa tête, jusqu’à ce qu’en de longs coups de reins, plus hachés et plus rudes, l’homme qui se trouvait derrière lui atteigne la jouissance…

Lorsqu’il se retira, il ne bougea pas de posture. Pas le moindre instant, il ne resserra les cuisses ou redressa son torse. Seulement, il attendit. Son sexe gouttait d’excitation et tout son corps était tendu dans l’attente et le désir de ce qui allait suivre.

Enfin, un autre homme le prit : le deuxième joueur qui était entré dans la douche. Il le comprit en voyant Colin s’approcher de son visage. Il releva le sien vers lui, le fixa malgré la force de son trouble. Lorsque Colin s’empara de ses lèvres, il se versa entièrement dans leur baiser, tordant le cou pour rester au plus proche de lui, pour en avoir plus, pour garder plus longtemps son contact. Et il gémit quand celui-ci se rompit, autant de frustration que de plaisir parce que le sexe qui le pénétrait venait de se presser contre la partie la plus sensible de son anatomie et que des décharges d’extase le lançaient dans tout son corps. Le rythme s’intensifia et il haleta, souffla, frémit tandis que les poussées se faisaient plus rapides. Son sexe était dressé à son plus haut niveau, si dur, presque douloureux tant il avait envie de jouir. Il aurait voulu l’empoigner, lui offrir la caresse qui lui manquait pour se propulser vers la jouissance, mais il craignait de se permettre ce geste et il peinait de toute façon tellement à se maintenir sur le carrelage glissant qu’il ne risquait pas de s’y appuyer d’une seule main. Les coups de reins se firent plus rapides, percutant à chaque fois la masse de son corps qui lui procurait le plus de plaisir, et il serra les dents alors que son partenaire progressait vers l’orgasme. Quand il sentit une main s’enrouler autour de son sexe, il rouvrit des yeux embués pour découvrir le visage de Colin auprès de lui, surpris qu’il le caresse soudain.

Quelques mouvements suivirent, aussi rapides et puissants que ceux en lesquels l’homme derrière lui le pénétrait et, d’un coup, il jouit. Violemment. Le plaisir explosa dans tout son corps, l’emplissant des traînées incendiaires de l’extase, et le vidant en même temps : de sa semence, de son énergie… Au point qu’il ne parvint à rester appuyé contre le mur que parce que l’homme derrière lui le maintint en place.

Lorsque celui-ci eut atteint son orgasme à son tour, Victor glissa au sol, finit étendu sur le carrelage, l’eau tombant toujours sur sa peau et lavant son corps comme les traces de leur étreinte, emportant tout dans un tourbillon liquide.

En sentant l’eau s’arrêter de se répandre sur son visage, Victor rouvrit les yeux. Colin venait de fermer le robinet et il se tenait au-dessus de lui, des gouttes tombant de sa chevelure et sinuant sur sa chair. Une brume de chaleur persistait dans la salle, enveloppant son corps comme un halo. Elle ne tarderait pas à se dissiper. Un petit sourire en coin était revenu sur les lèvres de son coéquipier et, de nouveau, son sexe affichait un début d’érection. Victor songea qu’il était le seul à ne pas l’avoir pénétré. À cause du brouhaha persistant, Colin s’accroupit pour lui parler à l’oreille.

– Tu veux rentrer ?

– Où ?

– Chez moi.

Victor apprécia la promesse de ces paroles, la laissa entrer dans son corps et réchauffer autant son bas-ventre que l’intérieur de sa poitrine.

– Maintenant ?

– Oui.

– Maintenant, alors, confirma-t-il.

Il n’avait pas envie d’attendre, puisque Colin le voulait en tant qu’homme.

Maintenant.

Un fiancé presque parfait

Autrice : Magena Suret.

Genres : Érotique, M/F, hot.

Résumé : « Tu m’évites. »
[…]
« Oui, admet-il. Constant t’a demandé en mariage et tu as accepté.
— Et alors ?
— Et alors, je me suis dit que tu avais peut-être besoin d’entraînement avant de lui jurer fidélité. »

Un fiancé presque parfait

Comme chaque matin, devant le miroir de la salle de bains, il apporte la touche finale à sa tenue. Il enroule la cravate autour de son cou et sa respiration se fait tout de suite plus rapide. Les extrémités satinées sont nouées de ses mains légèrement tremblantes. Le nœud glisse vers sa gorge et sa bouche s’assèche. La cravate serrée et ajustée, il la lisse de sa paume et se fait violence pour arrêter son geste à l’endroit où attacher la pince. Il a envie de poursuivre plus bas, comme à son habitude, et de s’occuper de son érection.

Les bruits d’agitation qui proviennent du salon l’en dissuadent. Il a un peu trop traîné au lit et s’est fait griller la priorité dans la salle de bains par ses colocs. Bientôt Constant quittera l’appartement pour aller travailler et laissera Fred seul avec Nadia alors qu’il a réussi à éviter le face-à-face depuis près de trois semaines. Le fil de ses pensées le fait sourire : jusqu’au mois dernier, il aurait pris son temps en espérant qu’elle le rejoigne et le trouve ainsi, la main rapide sur sa queue, essoufflé, déjà rouge d’avoir une cravate trop serrée à son cou. Nadia l’a initié à l’asphyxie érotique, et l’a rendu accro. Pourtant, il ne devrait plus y jouer avec elle, même si l’acte est moins savoureux en solitaire.

La porte d’entrée claque. Fred sait qu’il devrait quitter la pièce, simuler qu’il est en retard, se dépêcher de ramasser ses affaires pour quitter l’appartement. Néanmoins, il préfèrerait éviter de parader au milieu de leur salon avec la bosse évidente qui déforme son pantalon. Il se presse un peu plus contre le rebord du lavabo dans l’espoir de calmer son excitation. Ces quelques instants d’hésitation sont suffisants pour ruiner ses résolutions. La porte de la salle de bains coulisse dans son dos et, dans le miroir, Fred voit Nadia s’appuyer contre le chambranle et le détailler de la tête au pied. Il ne se prive pas d’en faire autant – prend note de sa nuisette qui joue sur la transparence, si courte qu’il devine la naissance de son sexe et l’absence même d’une culotte.

Il mentirait s’il prétendait que la situation ne le fait pas frissonner de désir.

« Tu m’évites. »

L’accusation met quelques secondes à prendre son sens tant Fred est perdu dans sa contemplation. Il se retourne pour lui faire face et prend appui sur le lavabo. La position rend son érection encore plus évidente et il s’amuse du bref moment où le regard de Nadia s’y égare. Elle frotte doucement ses cuisses l’une contre l’autre.

« Oui, admet-il. Constant t’a demandé en mariage et tu as accepté.

— Et alors ?

— Et alors, je me suis dit que tu avais peut-être besoin d’entraînement avant de lui jurer fidélité. »

Nadia a un rire léger, comme s’il venait de faire un lapsus à la fois adorable et embarrassant. Elle fait un pas en avant et refait coulisser le panneau pour les enfermer dans la pièce. Fred s’imagine qu’il devrait se sentir menacé, mais le regard gourmand qu’arbore Nadia éveille bien d’autres souvenirs et sensations en lui. Elle s’approche et Fred la laisse s’arrêter à un souffle de son visage. Il ne ressent pas la pression de son corps contre le sien, mais il ne s’en faut que d’un petit pas. Il est certain que le tissu de son pantalon frôle la peau de Nadia et qu’elle ne cherche qu’à tester sa détermination.

Du bout des doigts, elle joue avec sa cravate, la caressant doucement tout en remontant vers sa gorge. Fred déglutit de façon audible lorsqu’elle en ajuste le nœud, la resserrant encore un peu sous sa pomme d’Adam. La pression n’est pas désagréable – loin de là si l’on devait se fier à son érection – mais il ne peut plus l’ignorer.

« Tu as des problèmes avec ta conscience ? Parce que moi pas. Constant est sans aucun doute l’homme idéal pour me marier. Il est romantique, je suis folle amoureuse de lui et mes parents l’adorent.

— Tes parents m’adorent aussi.

— On pourrait presque croire que tu es jaloux », s’amuse Nadia.

Fred se contente d’un bref geste négatif de la tête. Nadia et lui sont amis depuis trop longtemps pour confondre leur alchimie sexuelle avec de l’amour. Et il pourrait renchérir sur la perfection de Constant. Il se redresse, achevant de coller son corps à celui de Nadia et passe un bras autour de sa taille. Alors qu’il fait glisser sa main sous ses fesses, elle se cambre pour lui faciliter l’accès. Du bout des doigts, il atteint son vagin et le caresse un court instant avant d’enfoncer les premières phalanges de son index et de son majeur. La position n’est certainement pas confortable pour Nadia, mais elle pousse un grognement satisfait.

« Tu es encore trempée, remarque Fred. Tu viens de t’envoyer en l’air avec lui, ça ne t’a pas suffi ? »

Alors qu’il cherche à repérer la serviette la plus proche pour s’essuyer la main, Nadia se dépêche de saisir son poignet pour l’en empêcher. Puis, en un geste agressif, elle porte ses doigts à la bouche et les suce brièvement.

« Il m’a fait l’amour, oui. Mais, même si j’apprécie son côté romantique, j’ai besoin de me faire baiser. »

Fred finit de se redresser et, de sa main libre, saisit Nadia à la taille avant de la faire pivoter pour inverser leurs positions. Il aperçoit une légère grimace de douleur sur son visage lorsqu’il la plaque contre le lavabo, mais elle se remet vite de sa surprise et passe la langue sur ses lèvres tout en poussant un soupir ravi.

« Tu pourrais simplement lui proposer. »

Malgré sa suggestion, il glisse déjà sa main droite entre les cuisses de Nadia jusqu’à son genou, puis la soulève pour l’asseoir sur le meuble. Il la sent se contracter à cause du froid de la surface contre sa peau brûlante ; elle se détend néanmoins rapidement, écartant les jambes pour permettre à Fred de se caler entre. Sans ménagement, il plonge trois doigts en elle et accompagne le va-et-vient sec de sa main de coups de rein prometteurs. Nadia lui caresse la nuque et Fred est certain que, si elle le pouvait, elle ronronnerait de contentement. Toutefois, elle n’est pas encore ivre de plaisir, pas encore réduite à de simples gémissements, et se décide à lui répondre :

« Parce qu’un mec adepte du missionnaire, qui trouve que notre vie sexuelle est pimentée quand je le suce deux fois la même semaine ou qui ne doit même pas savoir que l’anus est une zone érogène va très bien accepter mes requêtes ? »

Vexé qu’elle soit encore si loquace, Fred place sa main gauche au creux des reins de Nadia et l’attire vers lui. Elle se retrouve les fesses presque dans le vide et le dos courbé, avec sa tête appuyée contre le miroir. Il sort les doigts de son autre main de sa chatte et les fait glisser le long de son périnée. Il profite du liquide vaginal qui enduit ses phalanges pour forcer son majeur dans l’anus de Nadia. Dans le reflet du miroir, il voit ses orteils qui se contractent tandis qu’elle gémit de plaisir :

« Putain, ce que ça me manque…

— Dis-le-lui.

— Quoi donc ? Que je veux qu’il me force à me mettre à quatre pattes comme une chienne et qu’il m’encule, qu’il me traite de salope ? Ou que j’adorerais l’attacher et qu’il me laisse l’étrangler quand il jouit ? »

Fred acquiesce sans vraiment y réfléchir. Nadia lui a déjà dit tout ça, et bien plus. Ils ont déjà fait tout ça, et bien plus. Il sait de première main que Constant n’est pas si innocent qu’elle le croit et qu’il pourrait la combler s’ils osaient simplement se parler et tomber les masques. En attendant, il ne va pas se priver de cette opportunité.

« Tu gardes des préservatifs par ici ? »

Il a lâché Nadia pour tenter de déboutonner son pantalon, mais il n’est pas gaucher et il se sent maladroit. La pause un peu trop longue sans réponse lui fait relever les yeux vers Nadia qui le regarde d’un air surpris.

« Tu as couché avec quelqu’un depuis la dernière fois ?

— Un mec, avoue-t-il en s’efforçant de rester vague. On s’est protégés, mais toi et Constant… »

Il s’arrête, surpris à son tour, en réalisant que, malgré son inspection profonde, il n’a pas trouvé la moindre trace de sperme en Nadia.

« Ne me dis pas que vous attendez le mariage pour virer les capotes ? »

Nadia lève les yeux au ciel et le relance :

« Tu veux continuer à jouer les conseillers matrimoniaux ou tu comptes me baiser comme j’en ai envie ? »

Fred sait reconnaître un ton de défi et a bien l’intention de le relever. Il se contente d’ouvrir sa braguette, d’abaisser l’élastique de son boxer et de libérer son sexe. Il s’en saisit d’une main et marque une courte pause, le regard baissé entre leurs corps, alors que son gland repose à l’entrée du vagin de Nadia. Son côté sadique a envie de la torturer un peu, de glisser entre les lèvres, de chatouiller son clitoris et de la faire supplier. Mais il a déjà assez résisté et l’idée de la baiser sans plus tarder l’emporte. D’un mouvement de hanches, il s’enfonce en elle jusqu’à la garde et lui impose aussitôt un rythme rapide.

Pendant deux ou trois minutes, il n’entend que les claquements de leurs corps, les hoquets de plaisir de Nadia et le bruit d’un flacon qui roule au sol. Nadia a les yeux fermés, savourant chaque instant. Elle ressentira les effets de cette baise pendant plusieurs jours : sa tête cogne contre le miroir, le bas de son dos doit frotter le bord du lavabo à chaque mouvement et Fred sent les parois de sa chatte se détendre sous la violence de ses coups de reins.

Alors qu’il va bientôt jouir, ses fesses se contractent et il perd peu à peu le rythme qu’il imposait. Il voit Nadia ouvrir les yeux et le jauger. Elle soulève le haut de son corps et accroche d’une main l’épaule de Fred. Il est obligé d’ajuster leur position, pliant les genoux pour permettre à Nadia de s’asseoir davantage.

Dès qu’il la sent prête, il reprend ses va-et-vient, le besoin de jouir devenant pressant. À peine quelques secondes plus tard, il sent les mains de Nadia caresser sa cravate. Elle s’arrête au niveau de la pince. Fred baisse la tête juste à temps pour la voir la détacher et la jeter au sol. Il s’était habitué à la pression contre sa gorge et se crispe lorsqu’elle se fait plus forte. Nadia fait tourner la cravate pour qu’elle pende dans son dos, entre ses omoplates. Le frottement lui laisse l’impression qu’on lui brûle le cou. Le coude de Nadia se soulève à trois reprises et le tissu comprime de plus en plus sa trachée. Pour l’avoir vu faire de nombreuses fois, Fred sait que Nadia vient d’enrouler la cravate autour de son poing et qu’elle va s’en servir pour l’étrangler. Il espère que Nadia est assez baisée à son goût parce que son propre orgasme est imminent.

Le souffle de plus en plus court à chaque mouvement, Fred chasse son plaisir. Et Nadia est redevenue volubile :

« En fait, tu ne t’inquiètes pas pour mon couple, le nargue-t-elle. Tu aimes quand on s’envoie en l’air mais, si Constant était partant, je suis sûre que tu t’imagines bien entre nous deux. »

L’air se fait rare, précieux, et Fred sent ses jambes flageoler, ses yeux rouler sous ses paupières, mais a encore assez de présence d’esprit pour acquiescer. Constant lui a aussi fait ce genre de remarques et il visualise, en effet, parfaitement la scène : debout, comme à cet instant, avec Constant, les doigts enroulés autour de son cou, qui impose la cadence à laquelle Fred pourrait baiser Nadia. Ou attaché à leur lit avec Nadia et Constant se servant de sa bouche à tour de rôle…

Nadia relâche la tension de la cravate un bref instant, permettant à Fred d’avaler une goulée d’air. Il en profite pour augmenter la rapidité de ses allées et venues. Sous lui, Nadia se tend dans un long gémissement, enfin rassasiée par un orgasme. Le mouvement la fait s’agripper à la cravate et Fred halète sous l’intensité de la pression contre sa gorge. À son tour, il jouit, enfonçant les ongles dans la peau des fesses de Nadia, puis se laisse retomber contre elle.

Ils restent ainsi quelques instants, à reprendre leur souffle. Quand Fred relève la tête, il aperçoit son reflet dans le miroir, le visage rouge et les yeux brillants de larmes. Nadia détend ses doigts restés trop contractés sur la cravate, les serrant en poing avant de les desserrer à plusieurs reprises. Puis il se détache d’elle, lui permettant de descendre de son assise peu confortable.

Fred laisse son pantalon lui tomber sur les chevilles et s’en extirpe du mieux possible. Il se débarrasse de sa cravate et s’attaque alors à sa chemise tout en allant dans le salon pour trouver son téléphone. Tandis qu’il fait défiler ses contacts, Nadia le rejoint. Sa nuisette lui colle à la peau, elle a un sein qui s’en est échappé et il est presque certain que la trace humide qu’il devine sur le haut de sa cuisse est son sperme qui s’écoule déjà. Ou peut-être que Nadia a plongé ses doigts en elle avant de s’essuyer négligemment ici. Fred la renverserait bien sur le canapé pour plonger la tête entre ses cuisses et la nettoyer de sa langue. Mais la tonalité du téléphone l’aide à se concentrer sur ses priorités.

« Tu appelles qui ?

— Mon boulot. Pour prévenir que je ne viendrais pas aujourd’hui.

— On va baiser toute la journée ? »

Son ton émerveillé et ses yeux écarquillés le font sourire. Même si la perspective est tentante, il décide d’être plus raisonnable. Il passe son appel sans répondre à Nadia ou la quitter des yeux. Quand il en a terminé, il s’avance vers elle et la sent pratiquement vibrer d’excitation. Il lui tend son téléphone :

« Je vais prendre une douche. Profites-en pour appeler Constant. Dis-lui de rentrer après son cours et de ne pas déjeuner au lycée, les autres profs peuvent se passer de lui.

— Tu vas vraiment insister pour que je lui dise tout ? s’indigne Nadia. Très bien. Mais ce sera ta faute si ça brise mon couple. »

Fred lève les yeux au ciel, mais se retient de pointer en quoi elle serait aussi fautive. Ça n’en vaut pas la peine. Et si la conversation entre Nadia et Constant se déroule comme il l’imagine, ce ne sera qu’à son propre avantage. Ces deux-là se sont bien trouvés. Ils n’ont qu’à descendre l’autre de son piédestal… Fred s’arrête sur le pas de la salle de bains et se tourne pour faire face à Nadia, l’air satisfait par anticipation :

« Laisse-lui une chance puisque c’est le mec parfait, selon toi. Commence déjà par le sexe anal. La semaine dernière, en tout cas, ça n’avait pas l’air de le déranger de me bouffer le cul ou d’y plonger sa queue. »

Le Boudoir 4.0

Autrice : Magena Suret.

Genres : Érotique, M/M, SF, hot.

Résumé : Bien que réticent, Matthieu a cédé aux demandes de son amant. Puisque les mois de séparation leur pèsent, ils décident d’avoir recours aux services de la société « Le Boudoir 4.0 ».
Matthieu est donc sur le point de vivre sa première expérience sexuelle technologiquement assistée.

Le boudoir 2.0

Arrivé devant le bâtiment, Matthieu hésite à en franchir la porte. C’est ridicule puisqu’il sait qu’il ne fera pas demi-tour : son rendez-vous est payé d’avance et Nordine doit déjà l’attendre. Ça n’empêche pas que l’idée le rebute. Certes, les six mois sans voir son amant commencent à lui peser aussi, surtout en sachant qu’il ne rentrera pas chez eux avant dix autres longues semaines, mais de là à recourir aux services de cette société ? Il n’en est pas sûr.

Le Boudoir 4.0 est un exemple parfait d’entreprise qui a détourné une innovation technologique à but thérapeutique pour son profit – ou celui de ses actionnaires.  Alors qu’il s’était promis de ne jamais y recourir, même quand la perte de son pucelage tardait, Nordine a su le convaincre. Certains arguments sont plus objectifs que d’autres, comme le fait qu’ils ont épuisé leur crédit-carbone pour voyager ou que racheter des autorisations est beaucoup trop coûteux pour leur budget. Bien plus qu’une séance dans la Mecque du sexe virtuel. Matthieu est donc sur le point de vivre sa première expérience sexuelle technologiquement assistée. Il a envie de rire de sa nervosité, de la tourner en dérision pour dédramatiser, mais son appréhension est juste renforcée par les nombreux témoignages catastrophiques qu’il a lus durant la nuit sur les forums.

La crainte de faire attendre Nordine le pousse à avancer et les portes automatiques s’ouvrent devant lui. Le hall de l’entreprise est vaste, circulaire et dépourvu de toute décoration hormis les écrans dont sont ornés les murs et qui diffusent différentes publicités. Matthieu préfère de loin l’ambiance animée que permettent les bureaux, à l’abri du jugement des clients ; il sait que passer ses journées en solitaire serait un brin angoissant pour lui et il a une pensée compatissante pour la réceptionniste qui l’accueille avec le sourire :

« Bonjour, que puis-je pour vous ?

— J’ai un rendez-vous au nom de Bodet », explique-t-il d’une voix qu’il espère assurée.

La jeune femme fait glisser ses doigts sur l’écran devant elle et Matthieu l’observe avec l’espoir un peu idiot qu’elle ne trouve pas sa réservation. Cependant, elle accède à un nouveau fichier et elle lui pose quelques questions visiblement de routine. Matthieu y répond de façon distraite. La réceptionniste lui tend ensuite une carte magnétique dont il se saisit, puis elle lui désigne une porte sur sa gauche :

« Ma collègue vous attend de l’autre côté pour vous installer. Le badge vous servira à confirmer l’activation du programme. Je vous souhaite une agréable séance. »

Sentant le rouge lui monter aux joues face à l’insinuation, Matthieu la remercie et s’éclipse dans la direction indiquée. Encore une fois, la porte s’ouvre dès qu’il s’en approche et il traverse en quelques enjambées un étroit couloir. Au bout de celui-ci, il pénètre dans une pièce et découvre une femme, plus âgée que la réceptionniste, en pleine conversation avec Nordine. Elle s’interrompt dès qu’elle aperçoit Matthieu.

« Je vais vous faire patienter un instant, votre partenaire vient d’arriver. »

Matthieu entend le soupir de soulagement de son amant au travers des haut-parleurs. C’est certain qu’avec les trois mille kilomètres qui les séparent, Nordine n’avait pas de moyen infaillible pour le contraindre à venir, mais c’est un peu vexant de constater ce manque de confiance. La technicienne attire son attention en lui tendant la main :

« Monsieur Bodet, je suis Sarah, je vais vous installer pour la séance. L’humanoïde de votre compagnon est prêt, il ne reste plus qu’à vous connecter au vôtre. Je vais avoir besoin d’accéder à votre implant, vous pouvez vous asseoir par ici. »

Sarah lui désigne un siège et Matthieu s’empresse d’y aller, ne serait-ce que pour soulager ses jambes flageolantes. Il lui tourne le dos, incline la tête et dégage les cheveux de sa nuque pour qu’elle puisse scanner la puce sous-cutanée et s’y connecter. En quelques mouvements fluides, il voit la technicienne sélectionner les options.

La leçon que lui a donnée Nordine lui revient et lui occupe l’esprit quelques instants. Les choix sont variés, avec plusieurs combinaisons possibles, mais le Boudoir 4.0 propose trois principales offres : le tout virtuel, héritage des premières recherches médicales, qui plonge le client dans un état semi-hypnotique afin de créer les sensations uniquement par stimulation via l’implant cérébral. Ensuite est venue l’ère de la réalité augmentée, pour laquelle l’implant active toujours les zones de plaisir grâce aux impulsions envoyées au cerveau, mais l’environnement géré par ordinateur permet toutes les fantaisies – la plus populaire étant de s’offrir une partie de jambes en l’air avec sa célébrité favorite. Et, dernière innovation, les androïdes. Ceux-là ont évolué depuis leurs débuts, mais ils restent ceux qui proposent les séances les plus réalistes. Pas besoin de stimulation neurologique, l’androïde est connecté à l’implant de l’utilisateur et reproduit tous ses gestes. Les couples sont donc la principale cible de cette option, mais il arrive que le Boudoir 4.0 organise des soirées entre célibataires où des paires ou groupes sont formés. Des partouzes qui n’en ont juste pas le nom.

Sarah le tire de ses pensées en lui demandant de lever une main puis de taper du pied. Matthieu fait ce qui est requis, puis entend la confirmation que tout est en ordre. Il réalise alors que c’est la personne avec Nordine qui testait la connexion. Une fois satisfaite de ses réglages, Sarah se tourne vers lui :

« Comme il était spécifié dans la demande, vos êtres artificiels sont versatiles sur le plan sexuel. Cette pièce vous est réservée pour deux heures. Nous avons une salle de contrôle depuis laquelle nous supervisons les fonctions des humanoïdes, mais il n’y a aucune vidéosurveillance pour ne pas violer votre intimité. Si vous avez un souci quelconque ou quand vous aurez terminé, appuyez sur ce bouton d’appel et l’un des techniciens arrivera. Vous avez des questions ? »

La tirade récitée sans pause lui donne le tournis et, malgré la dizaine d’interrogations qui se pressent, Matthieu secoue négativement la tête. La jeune femme en profite pour s’éclipser sans un regard et il se retrouve seul face à un androïde.  Un androïde dont le visage est une représentation criante de vérité de celui de Nordine. Matthieu tend la main pour lui prendre la joue en coupe et est légèrement surpris que la peau artificielle soit tiède ; il avait imaginé une machine au métal froid mais, sous sa paume, il retrouve un toucher familier.  En fermant les yeux, songe-t-il, l’illusion serait parfaite.

« Tu m’as fait peur, lui reproche Nordine, sur un ton malicieux. J’ai bien cru devoir négocier avec Sarah pour qu’elle me trouve un autre partenaire.

— Tu m’aurais remplacé si facilement ?

— Vu la somme que j’ai déboursée, je comptais bien en avoir pour mon argent. Et si tu n’avais pas ramené ton cul réfractaire au progrès… »

Matthieu sourit de la menace latente. Il sait que son amant n’en pense pas un mot, mais qu’il aurait été déçu que Matthieu se défile. Peut-être que ce dernier aurait même eu droit à quelques semaines d’ignorance punitive à son retour.

« En parlant de réfractaire, Sarah m’a expliqué que les robots étaient versatiles, mais je n’ai pas vraiment envie d’avoir ce truc trop proche de mes bijoux de famille, sans parler de le laisser me prendre.

— Et tu pensais faire quoi, du coup ? s’agace Nordine. Jouer à la belote ? » Puis il poursuit sans lui donner l’opportunité de répondre : « Franchement, tu m’expliques en quoi c’est différent d’un gode ?

— Un gode, c’est un jouet, je le contrôle, pas ce truc qui bouge seul.

— Ce truc est contrôlé par ton petit ami, je te signale. Et tu as juste peur de l’inconnu.

— Qu’est-ce que tu proposes alors ? capitule Matthieu.

— Au pire, on s’assoit chacun sur une chaise et on se masturbe. Mais on aurait pu le faire gratos avec la webcam. Sinon, tu continues à faire ta tête de lard, alors je devrai te basculer sur la console de contrôle et me frotter contre tes fesses jusqu’à ce que je jouisse ou que tu appelles un technicien à l’aide.

— Pas de troisième option, remarque Matthieu quand son amant ne lui laisse que ces deux choix à contempler.

— Ou tu te rappelles qu’on peut s’amuser sans pénétration, tu te fous à poil, tu fermes les yeux si ça t’aide et t’imagines que je suis dans la pièce. »

Pour la première fois depuis qu’il est face à la machine, Matthieu réalise que l’androïde est nu. Il est d’ailleurs déçu de constater que sa verge est au repos. Nordine ne semble pas affecté par son petit laïus quand lui commence à ressentir l’excitation de leur situation. Avec un air de défi, tranquillement, il entreprend d’ôter ses vêtements en restant à distance de l’androïde. Nordine reste stoïque et fait mine de ne pas être impressionné par ce strip-tease imprévu, mais Matthieu ne l’entend pas de cette oreille et redouble d’efforts pour le faire réagir.

A présent nu, il plonge le regard dans celui de son amant et prend en main son sexe à demi-érigé. Pas vraiment d’humeur à jouer – et surtout de peur de retrouver soudain la raison – il cherche à allumer Nordine. Lui faire perdre la tête. L’être artificiel serre les doigts et penche la tête sur le côté ; Matthieu y reconnaît les signes qui signifient que la patience de son compagnon s’amenuise. Il y a trop longtemps qu’ils n’ont pas été dans la même pièce, le manque est palpable. Alors, de son autre main, Matthieu vient masser ses testicules et pousse un long gémissement – plus par provocation que plaisir, pour l’instant. L’effet obtient le résultat escompté.

En un instant, Nordine est à ses côtés et se colle à lui pour l’embrasser, entravant ses mouvements. La sensation du baiser est étrange. Les lèvres sont souples mais plutôt sèches et Matthieu les humidifie de sa langue. Il retrouve ses repères et se laisse aller, ferme les yeux. Libérant à regret son sexe, il découvre sous ses paumes le corps de l’androïde. Toujours cette impression de chaleur, mais des épaules un peu plus hautes que celles de Nordine. D’ailleurs, Matthieu réalise qu’il a le menton bien plus levé qu’à l’habitude pour embrasser son partenaire. Comme s’il était avec un autre. La pensée l’excite autant qu’elle le perturbe et il entrouvre les paupières, juste pour se rassurer. Nordine doit percevoir cette hésitation et s’écarte un instant, lui demandant si tout va bien. Quand Matthieu acquiesce, il avoue aussi qu’il a presque l’impression d’enlacer un autre homme, ce qui lui vaut une tape sur la fesse avant que son amant ne reprenne où ils en étaient.

Leurs érections se frôlent et, dans un grognement satisfait, Nordine l’attire un peu plus contre lui. La poigne de l’être artificiel est plus ferme, plus possessive ; leur rapport de force physique est faussé et Matthieu se réjouit de ce léger changement. A mesure que le baiser s’enflamme, il se laisse repousser à travers la pièce. Il s’imaginait déjà jeté sur le lit, dans le coin, quand ses cuisses heurtent la console de contrôle. Étonné, il se libère de l’étreinte de Nordine et remarque son sourire ravi.

« Je fais juste ce que j’ai promis.

— Mais je n’ai pas fait ma tête de lard, rétorque Matthieu tout en réalisant combien sa réplique est puérile.

— Non, mais l’idée me plaît. »

Et Matthieu doit admettre qu’elle le tente aussi. Face à l’absence d’objection, Nordine pose une main sur sa hanche et l’incite à se retourner. En quelques secondes, Matthieu se retrouve penché en avant, les mains en appui sur la console et le cœur battant à l’idée de laisser un robot le manipuler ainsi. Il sursaute au contact des doigts entre ses omoplates, puis frissonne quand ils dessinent le long de sa colonne. Mais ce n’est rien comparé à la sensation de ces membres se frayant un chemin entre ses fesses. Une brève appréhension le saisit tandis que Nordine tâtonne autour de son anus ; toutefois, un soupir de soulagement, puis de plaisir, lui échappe tandis que l’index lubrifié le pénètre. En quelques allers-retours, Nordine a trouvé sa prostate et étalé assez de produit pour qu’un simple index ne suffise plus à le combler. Matthieu n’a pas honte de demander davantage. Son amant a un reniflement amusé :

« Je croyais que tu n’avais pas confiance en cet humanoïde.

— Robot ou pas, halète Matthieu, tu pourrais bien te retrouver célibataire. Il a des doigts magiques. »

Pour cette moquerie, il récolte une morsure au niveau de l’épaule et un second doigt s’introduit en lui sans rencontrer la moindre résistance. Des coups de reins accompagnent à présent les va-et-vient et Matthieu commence à espérer que Nordine a oublié sa promesse de ne pas le pénétrer. Son menton retombe contre son torse, il écarte davantage les jambes et se cambre en une invitation peu subtile. Les doigts quittent son corps et il sent une caresse sur son flanc, un baiser entre ses omoplates. Puis une présence plus imposante contre son anus et une voix rauque qui exige une confirmation. Matthieu secoue la tête. Oui. Non. Il ne sait plus vraiment, il en a envie, mais n’est peut-être pas encore assez ivre de désir pour ignorer ses craintes. La pression s’efface immédiatement et Nordine empoigne sa hanche d’une main tandis que, de l’autre, il se saisit du sexe de Matthieu.

Son amant balance alors doucement le bassin, sa verge coulissant entre ses fesses, à la faveur du lubrifiant. Dos à Nordine, Matthieu laisse son imagination se débrider. Les râles de plaisir et les petits mots d’encouragement familiers contrastent avec le toucher étranger sur son corps. Il lui est aisé de penser à son compagnon assis dans un coin, se délectant de son abandon entre les bras d’un autre. La cadence s’accélère et les mouvements sont moins fluides, moins précis. A plusieurs reprises, Nordine bute contre son anus ; à chaque fois, son muscle se contracte – d’impatience ou de réticence, il ne parvient pas à le déterminer – et, chaque fois, Matthieu manque de jouir.

Et puis, le rythme sur son sexe augmente encore, les doigts qui s’enfonçaient dans sa hanche libèrent leur emprise et reviennent jouer avec sa prostate. En quelques instants, son excitation monte et il reconnaît les signaux qui annoncent qu’il n’est plus très loin. Nordine se frotte toujours contre lui et le muscle anal de Matthieu se resserre autour des doigts du robot tandis qu’il se répand sur la console sous lui.

Son amant le caresse plus lentement, le laissant savourer un orgasme prolongé mais, bientôt, la stimulation de sa prostate et son gland trop sensible ramènent Matthieu à l’instant présent. D’une légère tape, il écarte le poignet de Nordine. Celui-ci ne s’en plaint pas et, si Matthieu ne s’en était pas déjà douté, les coups rapides contre ses fesses auraient confirmé ses soupçons : la main s’active furieusement sur le sexe de l’androïde et, très vite, le corps derrière lui se tend dans l’extase. Matthieu perçoit la chaleur réconfortante des gouttes qui parsèment dorénavant son dos et il se trouve bien ridicule d’avoir autant redouté ce rendez-vous. Le souffle court, il se redresse et se remet face à Nordine. Du bout des doigts, il ose enfin effleurer la verge encore dure du robot, puis dirige sa main sous ses testicules, mais son amant le retient :

« Il va falloir me laisser un peu de temps, là. Il nous reste un peu plus d’une heure, t’as intérêt de ne pas faire les choses à moitié ce coup-ci. »

Une fois de plus, Matthieu sourit du ton menaçant, songeant que cela ressemble davantage à une supplique. Au lieu d’apaiser le manque, ils ont ajouté à la frustration de ne pas s’être touchés durant des mois.

Charmeur, il entraîne l’androïde vers le lit et commence à taquiner tous les points qu’il sait sensibles chez son amant. Dans une quinzaine de minutes – dix s’il se débrouille bien –, Nordine montrera les premiers signes d’impatience et lui ordonnera d’arrêter ses simagrées. Et Matthieu compte bien découvrir si l’intérieur de cet être artificiel se lubrifie aussi à la demande. Le plaisir anticipé le fait frissonner. Sous lui, l’humanoïde semble prendre vie, animé du désir de son partenaire. Même s’il était réticent, Matthieu sait qu’ils recommenceront. Il faut qu’il pense à se renseigner si le Boudoir 4.0 propose des formules d’abonnement.

Honorer les vivants

Autrice : Magena Suret.

Genres : Érotique, M/F, hot.

Résumé : Un enterrement, une amie venue en support, un soutien pas si catholique…

Note : Première variation d’une courte nouvelle écrite en 2014 et publiée à l’occasion du Ray’s Day 2016.

Liens vers les différents chapitres

Première variationDeuxième variation

Honorer les vivants

La main sur la poignée, Astrid attendait que Justine termine de se préparer. En temps normal, elle aurait déjà râlé après son amie et colocataire parce qu’elle les mettait en retard à chercher un paquet de kleenex ; cependant, elle conduisait Justine à l’enterrement de son père et les convenances voulaient qu’Astrid se montre plus compréhensive qu’à son habitude.

D’ailleurs, elle avait hésité à accompagner Justine. Après tout, Astrid ne connaissait personne de sa famille. Depuis cinq ans qu’elles partageaient cet appartement, aucun des proches ne leur avait rendu visite, contrairement aux parents d’Astrid qui ne supportaient pas de ne pas la voir pendant plus d’un mois. Justine elle-même n’avait jamais l’air pressé de se joindre aux événements familiaux, aussi Astrid en avait-elle conclu qu’ils étaient en froid. Pourtant, quelques jours auparavant, elle avait trouvé Justine effondrée et inconsolable. À force de la cajoler, Astrid avait fini par apprendre la nouvelle et avait compris que les relations qui unissaient son amie à sa famille étaient certainement bien plus complexes qu’elle ne l’avait imaginé.

La route jusqu’à l’église se fit dans le silence, ce qu’Astrid regretta. Elle aurait préféré que Justine le comble en lui parlant de ses proches. Du peu qu’Astrid en savait, son amie avait deux frères, mais elle ignorait jusqu’à leurs prénoms. Alors qu’elle s’apprêtait à les rencontrer dans les pires circonstances qui soient, Astrid se rendait compte combien Justine avait été secrète sur son passé quand elle-même avait dû lui raconter sa vie en long et en large.

Le parking était déjà bien encombré quand elles arrivèrent. Astrid était concentrée à trouver une place libre, toutefois elle aperçut le petit signe de main que fit Justine à un groupe sur le parvis. Du coup d’œil qu’elle leur accorda, Astrid ne distingua pas leurs traits, mais elle supposa qu’il s’agissait de la mère de son amie, entourée par ses deux fils. Sitôt la voiture garée, Astrid en descendit et lissa sa jupe. Puis elle patienta quelques instants avant de faire le tour et d’aller ouvrir la portière à Justine. Cette dernière était pétrifiée sur son siège et Astrid retint avec peine un soupir d’exaspération. Elle prit la main de son amie et la força à sortir :

― Si tu n’avais pas envie d’assister à l’enterrement, tu aurais pu venir te recueillir plus tard. Alors, sauf si tu comptes cracher sur la tombe de ton père, je suis sûre que ta famille compte sur ta présence.

— T’es une garce, lui lança Justine d’une voix douce.

― C’est pour ton bien, lui assura Astrid. Et ce n’est pas nouveau.

Les yeux rouges et un léger sourire sur les lèvres, Justine se décida à la suivre docilement. De nombreuses personnes les interceptèrent avant même qu’elles n’atteignent le parvis de l’église. Des amis de la famille, d’anciens collègues, de vagues connaissances… Tous avaient un mot gentil pour Justine et celle-ci les remerciait de façon automatique. À mesure qu’elles approchaient de la famille en deuil, Astrid remarqua que la mère et les frères de son amie n’avaient d’yeux que pour elles deux. Ou plutôt que l’un des hommes semblait la jauger du regard quand l’attention des deux autres personnes se tournait naturellement vers Justine. Astrid aurait pu se sentir vexée d’être considérée de manière aussi méfiante, mais elle reconnaissait une autre étincelle dans ce regard. Et Astrid se doutait que le jeune homme devait se sentir coupable d’éprouver une telle bouffée de désir alors qu’il aurait dû se désoler de la perte de son père. Pourtant, Astrid ne le blâmait pas : le chagrin avait bien des moyens de s’exprimer et se défouler en baisant une inconnue était certainement très libérateur. D’autant que, dans une autre situation, Astrid aurait été la première à dégainer ses atouts pour séduire le jeune homme. Ce dernier était tout à fait à son goût. Les mèches un peu longues tombant devant les yeux étaient l’un de ses points faibles : elle en avait déjà les doigts qui la démangeaient pour dégager ce front. Arrivées à leur hauteur, Justine se retrouva prise dans les bras tour à tour de ses frères puis de sa mère. Son amie eut le temps de présenter Astrid à sa famille, mais pas l’inverse, avant que la veuve n’entraîne sa fille à l’écart.

― Puisque notre mère n’a pas laissé le temps à Justine, commença le plus âgé des deux frères, je crois qu’on va se présenter nous-mêmes. Je suis David, l’aîné. Et voici Benoît, le petit dernier.

Astrid serra la main des deux hommes, s’attardant davantage dans celle de Benoît pour en savourer la callosité. À défaut de pouvoir jouer de ses charmes, elle lança la conversation pour assouvir sa curiosité :

― Justine est plutôt secrète sur sa famille. J’avais un peu peur qu’on ne soit pas les bienvenues, aujourd’hui.

Les deux frères échangèrent un regard entendu, puis David s’excusa :

― Je laisse Benoît s’occuper de vous, je vais me rendre utile pour régler les derniers détails de la cérémonie. Je vous reverrai plus tard.

Astrid acquiesça et ressentit une pointe d’excitation à se retrouver seule avec le jeune homme qui l’intéressait. Celui-ci ne se laissa pas déstabiliser par le manque de subtilité de son aîné et enchaîna :

― Il n’y a pas de secret horrible sur notre famille. Mon père était du genre têtu et on peut dire que Justine tient de lui. Si ma sœur a toujours fait la difficile pour venir nous voir, c’est qu’elle ne supportait pas qu’il remette en question le moindre de ses choix. Comme chaque fois, ça se terminait en dispute si on n’était qu’entre nous, notre mère n’a fini par les laisser ensemble dans la même pièce que lors de réunions familiales.

― Mince, s’amusa Astrid. Et moi qui m’attendais à des ragots croustillants.

Sa remarque lui valut un sourire en coin et lui dévoila une fossette adorable. Durant leur conversation, Benoît se rapprocha d’elle. Lorsque David repassa pour faire entrer tout le monde dans l’église, Astrid frôlait le bras de Benoît à chaque mouvement.

Elle retrouva Justine aussitôt après avoir franchi les portes. Son amie l’accompagna jusqu’à la première rangée, où Astrid s’installa en compagnie de la famille du défunt.

Bientôt la messe fut terminée. La veuve, ainsi que ses enfants, se placèrent de part et d’autre du cercueil afin de recevoir les condoléances de chacun. Restée sur le banc jusqu’au passage de la dernière personne, Astrid n’avait pas lâché Benoît du regard. Ce dernier croisait le sien dès qu’il le pouvait. Puis vint le tour d’Astrid de passer devant les endeuillés. La mère de Justine et David acceptèrent sa poignée de main. Benoît quant à lui l’enlaça un court instant, posant une main un peu trop bas sur ses reins pour que ce soit accidentel. Justine passa ensuite le bras sous le sien et posa la tête sur son épaule avant de la diriger vers la sortie.

Aux portes de la nef, Justine dut la lâcher pour se mêler à la foule. Astrid lui donna une petite tape d’encouragement sur la fesse avant de la laisser partir. Son amie, tout comme sa famille, se montrait forte, mais Astrid se doutait que ses nerfs auraient raison d’elle à leur retour chez elles.

Astrid entendit le croque-mort dire à la veuve que le cercueil serait prêt à être mis en terre dans une demi-heure et lui demander de patienter pour débuter le cortège. Se retrouvant seule, Astrid s’approcha du livret mis à disposition pour laisser un message à la famille et lut quelques lignes. En se penchant en avant, elle sentit sa jupe crayon se resserrer en haut de ses cuisses et à sa taille, ce qui la fit sourire à l’idée de la marque désormais visible de ses sous-vêtements. Un coup d’œil par-dessus son épaule lui confirma que les yeux de Benoît étaient attirés par la vue qu’elle offrait. Forte de ce constat, elle changea de jambe d’appui, faisant rouler ses hanches lentement. Un autre regard volé lui révéla que le jeune homme avait abandonné son audience pour la rejoindre. Astrid se redressa et fit mine d’avancer vers la sortie. En deux enjambées, Benoît la rejoignit et posa une main au creux de ses reins. Comme seul encouragement, Astrid lui offrit un sourire plein de promesses lorsqu’ils atteignirent le parvis.

Benoît la guida pour contourner l’église. Alors qu’elle se faisait entraîner, en silence, à l’arrière de l’édifice, Astrid s’apprêtait à râler, mais Benoît se tourna pour lui attraper la main et l’attirer dans un baiser passionné. Elle eut à peine le temps de réaliser qu’il posait les lèvres sur les siennes que déjà sa langue s’invitait dans la partie. Trop heureuse d’enfin en arriver aux choses sérieuses, Astrid y répondit avec ardeur, glissant les doigts sous la chemise de son compagnon. La peau moite de ce dernier l’excita encore un peu plus. Les circonstances auraient voulu qu’elle ressente au moins un soupçon de se culpabilité, mais Benoît agissait comme si cela lui était vital et elle n’avait pas l’intention de le priver de ce réconfort. Le côté animal de cette étreinte la faisait réagir de façon positive.

Benoît la fit tourner et la plaqua dos au mur contre la chapelle. A ce moment, Astrid réalisa que sa plainte de semi-douleur s’était perdue, même à ses propres oreilles. Le glas sonnait pour honorer la mémoire d’un homme parti trop tôt. Astrid en profita pour gémir à l’envi. Toujours en embrassant Benoît, elle passa la main entre eux pour frotter de sa paume l’érection grandissante. Malgré le pantalon qui entravait ses mouvements, le jeune homme y répondit en se pressant davantage contre elle et en venant lui-même jouer sur sa poitrine. Les pincements sur ses tétons étaient presque désagréables avec le tissu de son soutien-gorge qui semblait enflammer la zone et, bien qu’elle tente de s’y soustraire, Benoît continua cette caresse. En temps normal, ses amants comprenaient qu’une telle réaction était un signe d’inconfort, néanmoins Benoît choisit de l’ignorer. Astrid comprit alors qu’il se délectait de sa douce torture et qu’il lui infligeait cette légère douleur en réponse à sa propre frustration. L’attitude provocante d’Astrid un peu plus tôt ne jouait pas en sa faveur et elle ne pouvait nier tirer un quelconque plaisir d’être ainsi molestée. Astrid cessa donc de se débattre, acceptant cette punition, pas si déplaisante au final.

Aussitôt qu’elle se laissa aller sous les caresses de Benoît, celui-ci se détacha d’elle et plongea la main dans la poche arrière de son pantalon. Astrid eut un nouveau sourire en le voyant en sortir un préservatif. Elle aussi en avait un dans son sac, mais la prévoyance de Benoît pour ces obsèques le rendait encore plus attirant.

Il la fit se retourner. Maintenant ses mamelons tendus frottaient le crépi de l’église et Astrid était heureuse d’avoir ses vêtements en guise de rempart. Sa jupe étant trop ajustée au niveau des genoux pour être relevée, Benoît en ouvrit la fermeture-éclair et l’abaissa avec sa culotte juste sous ses fesses. Astrid ressentit la fraîcheur de l’air sur sa peau. La température était pourtant élevée, mais son corps était en feu. Les vêtements gainés sur ses cuisses, Astrid ne pouvait pas trop écarter les jambes, mais se cambra pour faciliter la pénétration. A peine avait-elle offert sa croupe que le sexe de son compagnon plongea en elle. Il s’enfonça jusqu’à la garde en un mouvement ample ; Astrid était si mouillée qu’elle en éprouva un bref moment de gêne. Vite oublié quand le tissu léger du pantalon de ville frotta sur ses fesses.

Benoît adopta un rythme rapide dès le début. Au lieu de son bassin, c’était sa ceinture qui claquait les fesses d’Astrid à chaque contact : elle songea qu’elle aurait certainement la peau rouge quand il en aurait fini et qu’elle risquait de grimacer les prochaines fois qu’elle s’assiérait. Toutefois, elle s’en fichait, le plaisir d’être enfin soulagée surpassait ces petits désagréments. Ou peut-être que ceux-ci augmentaient sa satisfaction. S’ils étaient amenés à se revoir, elle pourrait peut-être proposer des jeux plus pimentés à Benoît ; il avait plutôt l’air d’apprécier de la voir si soumise à ses désirs. Et silencieuse puisqu’ils n’avaient pas échangé une parole depuis leur conversation avant la cérémonie. Elle s’imaginait bâillonnée quand Benoît raffermit sa prise sur ses hanches et se mit à la pilonner un peu plus fort. Comme cela arrivait trop rarement pour une première jouissance, elle la sentit monter sans autre stimulation. Elle était persuadée qu’en jouant avec son clitoris, elle pourrait avoir un orgasme mémorable, mais elle n’aurait pas la force d’encaisser les coups de reins furieux de son amant en n’ayant qu’un bras et sa pochette pour la protéger des griffures du mur.

Un ralentissement soudain lui arracha une plainte, mais la pression plus lente et appuyée contre ses parois achevèrent de la faire jouir. Benoît cessa un moment tout mouvement, laissant la vague passer et, quand il la sentit se détendre, reprit sa cadence infernale. Astrid était haletante, le plaisir avait atteint son apogée, mais ne redescendait pas. Son amant la maintint ainsi encore quelques instants avant de succomber à son tour. Sentir éjaculer un homme en elle après un orgasme avait toujours un effet apaisant, comme s’il sifflait la fin de l’acte et l’autorisait à savourer un repos bien mérité. C’était encore plus vrai aujourd’hui ; elle avait la tête qui tournait légèrement et peinait à retrouver son souffle. À peine consciente, elle réalisa que Benoît la rhabillait et refermait son propre pantalon, glissant le préservatif usagé dans sa poche. Il la força à se retourner vers lui et l’enlaça, déposant de courts baisers dans ses cheveux. Astrid se blottit contre lui, souriant de la tendresse insoupçonnée dont il faisait preuve après leur étreinte sauvage. Ils restèrent ainsi quelques minutes, profitant de leur isolement.

Quand ils firent le tour de l’église et revinrent sur le parvis, la foule s’était dispersée. Il ne restait plus que la famille proche et l’un des membres des pompes funèbres pour guider le cortège. Justine lui jeta un regard suspicieux, mais Astrid se contenta de lui adresser un clin d’œil. Le soupir désabusé de son amie la fit sourire et lui confirma qu’elle ne lui en tiendrait pas rigueur. En revanche, Astrid regretta un instant de s’être laissé emporter avant la mise en terre et la cérémonie au cimetière. Sa petite culotte poisseuse lui rappelait qu’une douche serait des plus agréables. Sa seule consolation était que Benoît aussi allait mariner dans ses sous-vêtements.

Un instant volé avec toi

Autrice : Magena Suret.

Genres : Érotique, M/F, hot.

Résumé : Des vacances frustrantes, un site touristique à la vue surprenante, un couple qui se retrouve en pleine nature.

Note : Seconde variation d’une courte nouvelle écrite en 2014 et publiée à l’occasion du Ray’s Day 2016.

Liens vers les différents chapitres

Première variationDeuxième variation

Un instant volé avec toi

Partir en vacances entre amis était chaque année la même aventure. Ils redevenaient un peu adolescents, accueillant à bras ouverts les nouveaux venus qui agrandissaient le groupe. Bientôt, songea Emma, les premiers bébés seraient de la partie aussi. En attendant, la villa louée pour deux semaines en été prenait des allures de colonie. Chacun s’était vu attribué une tâche dès son arrivée et l’ordre régnait tant bien que mal dans la maisonnée. Il y avait bien eu quelques disputes, mais tout se réglait vite et la bonne ambiance reprenait ses droits.

Au bout de cinq jours, Emma ne trouvait à cet arrangement qu’un défaut. Mais de taille. L’abstinence forcée à cause de cette promiscuité en était devenue ridicule. Ce n’était pas comme si vivre en cohabitation devait priver de toute intimité, mais chacune de leurs tentatives s’était soldée par un échec. Benoît le prenait avec philosophie, promettant de rattraper le retard dès qu’ils retrouveraient la solitude de leur appartement. Toutefois, Emma refusait de patienter encore dix jours. Après tout, l’été était normalement l’occasion de se lâcher. Et, jusqu’à cette année, ça n’avait jamais été un problème. Sans la contrainte du travail et de leurs autres obligations, ils auraient dû pouvoir s’envoyer en l’air dès qu’ils en avaient l’envie. Au lieu de ça, ils avaient hérité d’un lit grinçant, de murs si fins qu’on entendait une conversation trois pièces plus loin et d’une seule salle de bains pour dix adultes. Autant dire que le temps passé sous la douche était minuté. Et sans parler du partage des voitures. Rien n’aidait pour leur offrir une opportunité. Elle se rendait bien compte qu’elle perdait en plus en spontanéité ; sa seule obsession était d’avoir un moment privilégié avec Benoît. Qu’il adore son corps et qu’il la fasse jouir. Elle aurait pu se masturber pour soulager ce manque, mais son côté têtu ne serait satisfait que lorsqu’elle aurait son homme nu contre elle, leurs peaux moites de plaisir.

Elle était devenue calculatrice et exploitait chaque occasion pour sauter sur Benoît. Ce dernier ne s’en plaignait pas, même si cela se terminait à chaque fois dans la frustration pour eux deux. Pour éviter d’être pressés par ceux qui attendraient, Emma avait décidé qu’ils passeraient les derniers dans la salle de bains un matin ; la douche coquine avait tourné court après quelques caresses quand ils avaient été privés d’eau chaude. Quelques heures plus tard, elle avait entraîné son compagnon dans la forêt voisine pour une balade digestive mais, alors qu’elle avait le sexe de Benoît au fond de sa gorge et ses mains lui agrippant les cheveux, ils avaient été interrompus par une famille de promeneurs. Jurant contre leur malchance, Emma avait décidé d’oublier toute retenue ou fausse pudeur : le lit ferait bien l’affaire et tant pis pour leurs amis. De toute façon, elle se doutait que certains d’entre eux devaient connaître le même désarroi. Cependant, que ce soit la nervosité accumulée ou les couinements du sommier, Benoît fut pris d’un fou rire et Emma ne put qu’abandonner pour la journée. Son compagnon lui dit qu’il s’arrangerait pour le lendemain et elle finit par s’endormir sur cette promesse.

***

La journée ne commença pas sous les meilleurs auspices. La frustration d’Emma au bout d’une semaine atteignait des sommets et la rendait irritable. Benoît semblait davantage préoccupé par l’organisation de la sortie en groupe que par l’idée d’apaiser cette tension sexuelle. De toute manière, dès qu’elle avait compris qu’ils passeraient encore des heures tous ensemble, elle avait failli claquer la porte et planter Benoît avec leurs amis. Seul un regard un peu plus appuyé de son compagnon la retint et elle décida d’attendre encore un peu pour voir ce qu’il avait concocté.

Dans la voiture, ils se retrouvèrent tassés à trois sur la banquette arrière d’une petite citadine. Emma était pressée contre la portière et à deux doigts de devenir folle à cause de la main de Benoît sur sa cuisse. Celui-ci semblait l’ignorer et la caressait du bout des doigts tout en discutant joyeusement avec le conducteur. Elle maudit un peu plus les coups du sort. S’ils n’avaient pas choisi d’aller crapahuter dans la montagne aujourd’hui, elle aurait pu troquer son pantalon contre une jupe et écarter les cuisses, juste assez pour inviter la main à la toucher plus haut. Elle se faisait du mal avec ses fantasmes et poussa un gémissement involontaire. Ceci attira l’attention de Benoît qui lui adressa un petit sourire narquois.

Peu de temps après, ils arrivèrent à destination et l’idée de grimper le sentier escarpé pour admirer une chute d’eau rebutait Emma. Elle fit semblant de perdre l’équilibre en descendant de voiture, espérant que Benoît saisirait l’opportunité. Ils pouvaient prétendre qu’elle s’était fait mal à la cheville, laisser les autres s’épuiser et se trouver un coin tranquille pour enfin profiter d’un moment à deux. Pourtant, il n’en fit rien et se contenta de l’aider à se relever. Elle sentit les mains de Benoît sur sa taille, le bout de ses doigts qui glissaient sous ses vêtements et son souffle près de l’oreille. Puis il lui murmura de cesser d’être impatiente avant de s’écarter, la laissant encore plus avide de contact.

L’ascension commença dans les rires, mais se termina dans le silence. Aucun d’eux n’était vraiment habitué à la montagne et ils auraient peut-être dû investir dans de meilleures chaussures de marche. Arrivés au point du vue, Emma écouta d’une oreille distraite l’une de leurs amies raconter la légende associée à cette cascade. Cela avait à voir avec le rocher le long duquel elle s’écoulait qui ressemblait à un poisson qui suivait la chute d’eau, d’où son nom du saut de la truite. Son peu d’attention fut anéanti par le clin d’œil de Benoît et son petit signe de tête pour l’inviter à le suivre. Elle sourit en réalisant que ses hormones la faisaient obéir comme une poupée hypnotisée et lui emboîta le pas.

Alors qu’ils progressaient dans un silence religieux depuis cinq minutes, Emma commençait à s’impatienter et s’apprêtait à râler, mais Benoît se tourna pour lui attraper la main et l’attirer dans un baiser passionné. Elle eut à peine le temps de réaliser qu’il posait les lèvres sur les siennes que déjà sa langue s’invitait dans la partie. Trop heureuse d’enfin en arriver aux choses sérieuses, Emma y répondit avec ardeur, glissant les doigts sous le T-shirt de son compagnon. La peau moite de sueur de ce dernier l’excita encore un peu plus. D’habitude, ils auraient pris le temps de se doucher, mais ils étaient dans l’urgence. Ils avaient un manque à combler et le côté animal de cette rencontre la faisait réagir de façon positive.

Benoît la fit tourner et la plaqua contre un arbre. A ce moment, Emma réalisa que sa plainte de semi-douleur s’était perdue, même à ses propres oreilles. Le bruit de la chute d’eau était plus fort maintenant qu’ils étaient à mi-hauteur de celle-ci et elle pourrait en profiter pour ne pas retenir ses gémissements. Toujours en embrassant Benoît, elle passa la main entre eux pour frotter de sa paume son érection grandissante. Malgré le pantalon qui entravait ses mouvements, son amant y répondit en se pressant davantage contre elle et en venant lui-même jouer sur sa poitrine. Les pincements sur ses tétons étaient presque désagréables avec le tissu de son soutien-gorge qui semblait enflammer la zone, mais Benoît continua cette caresse bien qu’elle tente de s’y soustraire. En temps normal, il lisait le moindre de ses gestes et s’adaptait naturellement, aussi comprit-elle que c’était sa façon de la réprimander pour toutes ces tentatives avortées qui les avaient laissés plus frustrés de jour en jour. Emma cessa alors de se débattre, acceptant cette punition pas si déplaisante au final.

Aussitôt qu’elle se laissa aller sous les caresses de Benoît, celui-ci se détacha d’elle et la fit se retourner. Maintenant, ses mamelons tendus frottaient l’écorce de l’arbre et Emma était heureuse d’avoir ses vêtements en guise de rempart. Elle entendit son compagnon ouvrir son jean et ressentit bientôt la fraîcheur de l’air sur ses fesses. La température était pourtant haute, mais son corps était en feu. Benoît lui avait tout juste baissé son pantalon et sa culotte à mi-cuisse ; elle ne pouvait pas trop écarter les jambes, mais se cambra pour faciliter la pénétration. A peine avait-elle offert sa croupe que le sexe de son compagnon plongea en elle. Il s’enfonça jusqu’à la garde en un mouvement ample, Emma était si mouillée qu’elle en éprouva un bref moment de gêne. Vite oublié quand le jean rugueux frotta sur ses fesses.

Benoît adopta un rythme rapide dès le début. Au lieu de son bassin, c’était sa ceinture qui claquait les fesses d’Emma à chaque contact et elle songea qu’elle aurait certainement la peau rouge quand il en aurait fini. Toutefois, elle s’en fichait, le plaisir d’être enfin soulagée surpassait ces petits désagréments. Ou peut-être que ceux-ci augmentaient sa satisfaction. A leur retour, elle pourrait peut-être proposer des jeux plus pimentés à Benoît ; il avait plutôt l’air d’apprécier de la voir si soumise à ses désirs. Et silencieuse puisqu’ils n’avaient pas échangé une parole depuis qu’ils étaient descendus de voiture. Elle s’imaginait bâillonnée quand Benoît raffermit sa prise sur ses hanches et se mit à la pilonner un peu plus fort. Comme cela arrivait trop rarement pour la première jouissance, elle la sentit monter sans autre stimulation. Elle était persuadée qu’en jouant avec son clitoris, elle pourrait avoir un orgasme mémorable, mais elle n’aurait pas la force d’encaisser les coups de reins furieux de son amant en n’ayant qu’un bras pour la protéger de l’écorce de l’arbre.

Un ralentissement soudain lui arracha une plainte, mais la pression plus lente et appuyée contre ses parois achevèrent de la faire jouir. Benoît cessa un moment tout mouvement, laissant la vague passer et, quand il la sentit se détendre, reprit sa cadence infernale. Emma était haletante, le plaisir avait atteint son apogée, mais ne redescendait pas. Son amant la maintint ainsi encore quelques instants avant de succomber à son tour. Le sentir éjaculer en elle après un orgasme avait toujours un effet apaisant, comme s’il sifflait la fin de l’acte et l’autorisait à savourer un repos bien mérité. C’était encore plus vrai aujourd’hui, elle avait la tête qui tournait légèrement et peinait à retrouver son souffle. Dans une semi-conscience, elle réalisa que Benoît la rhabillait et refermait son propre jean. Il la força à se retourner vers lui et l’enlaça, déposant de courts baisers dans ses cheveux. Emma se blottit contre lui, souriant de la tendresse dont il faisait preuve après leur étreinte sauvage. Ils restèrent ainsi quelques minutes, profitant de leur solitude au milieu de la nature et du murmure élevé de la cascade. Un éclat de rire la prit quand elle remarqua qu’ils étaient à la hauteur de la tête de la truite de pierre ; ils avaient eu un témoin de leurs ébats et Emma se dit qu’elle était tombée amoureuse de ce site touristique finalement. En tout cas, elle aurait toujours un souvenir agréable à y associer.

Quand ils redescendirent, quelques-uns de leurs amis leur jetèrent un regard entendu, mais elle les ignora. En revanche, elle envia ceux qui se baignaient juste auprès de la chute d’eau ; sa petite culotte poisseuse lui rappelait qu’une douche serait des plus agréables. Sa seule consolation était que Benoît aussi allait mariner dans ses sous-vêtements.

Petite bêtise, grammes résiduels et six pieds dans un lit

Autrice : Valéry K. Baran.

Genres : F/F , bisexualité.

Résumé : Il est des matins où tout est drôle ou lamentable, ou à pleurer. Remets tes yeux en face des trous et ne regarde pas derrière toi : on vit tous avec nos conneries ! Hé Ho, poulette, tu m’écoutes ? Et arrête de te marrer, va.

Petite bêtise, grammes résiduels et six pieds dans un lit

– Allez, chuchote Clémence, le regard pétillant dépassant des draps dans lesquels elle est profondément blottie.

Nathalie plisse les lèvres en une petite moue, hésitante. Le bleu gris de ses prunelles semble aussi pâle que la lumière matinale et leurs visages ne sont qu’à quelques centimètres l’un de l’autre.

– Tu ne veux pas le lui dire toi-même ?

– Pas motivée.

Le ton de Clémence est celui d’une gamine, l’éclat de ses yeux se faisant rieur, comme si ce qu’elles s’apprêtent à faire n’est qu’une bêtise sans importance.

Nathalie se renfonce dans la couette. Lorsqu’elle déglutit, sa gorge sèche lui fait mal. Elle cherche du regard une bouteille d’eau à proximité.

– Je dois avoir encore au moins trois grammes, gémit-elle à voix basse, et je ne suis pas sûre de pouvoir aligner plus de deux neurones pour bredouiller quelque chose d’intelligible.
La fin de sa phrase se finit dans un rire étouffé, que Clémence partage aussitôt, la blancheur de ses dents ressortant au rebord du drap clair.

D’un air coquin, cette dernière jette alors un œil aux jambes masculines qui dépassent de l’autre côté de la petite brunette près d’elle. Puis, elle sort légèrement le nez de la couette, méfiante quant à la température extérieure. L’air est frais ; sa peau est nue ; ses vêtements sont elle ne sait où. Elle a envie de retourner sous la chaleur des draps, mais les balance tout de même de côté en un acte de bravoure, tandis que Nathalie y enfouit plus profondément le bas de son visage, et s’assoit au bord du matelas. L’absence brusque de contact sur sa chair la fait frissonner. Elle resserre les pieds l’un contre l’autre sur l’amas de vêtements qui jonche le sol. Misère… Apercevoir son débardeur sur le dossier de sa chaise de bureau la fait se lever, une grimace se peignant sur ses lèvres quand elle prend conscience de la manière dont son crâne se met à pulser, ainsi que l’état dans lequel est l’appartement. Elle passe les doigts dans ses cheveux emmêlés. Un instant, elle se demande s’il est seulement possible de retrouver quoi que ce soit dans ces tas d’habits, roulés-jetés-propulsés à l’angle de la porte d’une armoire – tiens voici son soutien-gorge. Cette petite victoire lui procure du courage, lui permettant de se couvrir la poitrine, avant d’enfiler son haut. Puis, comme sa culotte lui échappe et que, bien que ça la fasse rire, se promener cul nu ainsi ne lui soit pas habituel, elle se décide pour le caleçon masculin qu’elle voit traîner plus loin, un peu bouffant et avec des carreaux, s’en amusant. S’en attifer lui donne une drôle d’allure, la couture du vêtement lui frôlant curieusement l’entrejambe. Il y a un quelque chose de sexuel, là-dedans, qui ne lui déplaît pas. Elle en expérimente plus nettement la sensation lorsqu’elle fait quelques pas et passe à son poignet l’élastique qu’elle déniche plus loin, en attendant de pouvoir se coiffer.

L’appartement est dans un état… lamentable ! Risible ! Elle ne sait comment le dire autrement. À prendre en photo panoramique et à envoyer sur Facebook. Voilà qui ferait rire les copines, tiens. Partout s’amassent des vestiges de la soirée passée : verres d’alcool, morceaux desséchés de pizza, mégots, cendriers pleins, huile pour massage au bouchon disparu, et des sapes, et des morceaux de cigarettes déchiquetés, et des cadavres de bouteille, et des emballages de préservatifs… Youhou ! La fête, quoi. La débauche. La jeunesse. Le grand n’importe quoi, mais le bon n’importe quoi : celui qui fait marrer et qu’on a envie de raconter plus tard, qui reste avec le temps et sur lequel les copains nous charrient même plusieurs années après, et qui peut faire rire aux larmes, parfois, aux dernières heures d’une soirée un peu arrosée. Elle a envie de rigoler. Il doit lui rester encore quelques grammes, à elle aussi. Il est hors de question qu’elle prenne la voiture aujourd’hui, songe-t-elle soudain. Elle risquerait de se faire arrêter pour alcoolisme en plein jour : la honte ! « Mais non, m’sieur l’agent, c’est juste que j’ai pris une grosse cuite hier soir et… » Elle imagine la scène tout en se dirigeant d’un pas léger vers la salle de bains. Non, non, non, non. Elle restera toute la journée chez elle, passera à la rigueur à la supérette au coin de la rue d’en face et bouffera du chocolat toute la journée, entre deux clopes, boira de l’Orangina. Son haleine doit être un avant-goût de la porte des enfers, elle pourrait tuer le joli cœur de voisin du dessous s’il lui venait l’idée regrettable de sonner une fois de plus à leur porte. « Vous avez du sel, les filles ? — Non ! » Il faut faire quelque chose.

Un instant, Clémence jette un regard aux deux larves qui cuvent dans les draps enroulés autour de leurs jambes, une longue chevelure d’ébène apparaissant, là, une cuisse masculine largement découverte, une bouche ouverte à gober les mouches… Ah, elle est belle, la jeunesse ! C’est eux qu’elle devrait prendre en photo, en fait, en les identifiant bien clairement sur le net. Non, elle n’est pas si mauvaise, mais ce serait amusant. Et il ne faut jamais se priver de songer à quelque chose de drôle. Elle imagine déjà le commentaire qu’elle pourrait y associer et les réactions des autres, dessous. Elle se trouve bête.

Puis elle file dans la salle de bains.

Elle a une gueule, mazette ! Tu es belle, dis donc. Tu as dormi dans un sac poubelle ?

La barrette à fleurs roses qui traîne sur le rebord du lavabo tombe à pic pour relever la masse informe de ses cheveux.

« Les jeunes d’aujourd’hui n’ont plus aucune distinction », dirait Nadine, sa collègue. Bien balancé, poulette. Ah, cette pauvre jeunesse totalement égarée ! Sortez les drapeaux ! Brandissez les baïonnettes ! Un petit coup bien enfoncé tout en bas des reins devrait remettre tout le monde dans le droit chemin ! Elle se fait rire toute seule.

La fraîcheur du dentifrice dans sa bouche soulage agréablement sa sensation d’haleine fétide.

Tandis qu’elle se penche sur le lavabo, une claque sur ses fesses la fait sursauter. En se retournant, elle aperçoit Nathalie, passant près d’elle. Comme toujours, le port d’épaule de cette dernière est droit et sa démarche légèrement bourgeoise, ses longs cheveux noirs ondulant dans son sillage. Le regard complice que la brunette adresse à Clémence fait pétiller les yeux de cette dernière, les lèvres fermées sur sa brosse à dents. Puis Bob ? Tom ? — mince, comment pourrait-elle l’identifier sur Facebook si elle n’est plus capable de se souvenir de son nom ? — suit Nathalie, tandis qu’elle entre dans la douche. Son sourire à lui est le charme à l’état pur. Elle se fait honte, à avoir oublié comment il s’appelle. Elle prend tout de même quelques secondes pour contempler ses fesses. Il faut reconnaître que Roméo a tout pour plaire. Sportif, endurant, inventif… Pas un mot de trop, une assurance à toute épreuve et même de l’humour lorsqu’il en faut… Vous avez réussi le test d’entrée, monsieur. Vous aurez peut-être le droit de revenir. Et puis il est beau comme un dieu. Bonne pêche, pense-t-elle, tandis qu’elle se rince la bouche. Les seins de Nathalie viennent de s’écraser contre le plexiglas de la vitre de douche et Apollon a déjà glissé la main entre ses jambes.

Tandis qu’elle ressort de la pièce, Clémence ne peut s’empêcher de se moquer : tout plaisant qu’il puisse être, Cupidon s’est cependant montré incapable d’attendre une seconde avant de viser les points stratégiques. Ah, ces hommes et leur cerveau ridiculement bas placé…

Elle se fait un café, se fume une clope à la fenêtre en contemplant les allées et venues des passants et des voitures en contrebas.

Quand les deux autres sortent de la salle de bains, elle est allongée sur le lit, une jambe pliée, et a chaussé ses lunettes pour lire un document administratif de son travail. Coquetterie idiote : si Adonis n’avait pas été là, elle se serait pris un magazine people traitant du dernier bouton d’acné de Britney Spears ou du divorce de Katy Perry.

Ils ont dû vider toute l’eau chaude. Elle n’a pas été invitée. Elle se sent conne et de sale humeur. Elle a bien le droit, non ?

– Allez, casse-toi, lance-t-elle, un sourire mauvais aux lèvres et sans même lever les yeux.

Il faut qu’il y ait une salope, non ? Et puisque Nathalie se refuse à l’être…

– Tire-toi, va. Tu as bien rempli ton rôle. Maintenant, on ne veut plus de toi.

Elle redresse le visage. Casanova s’est figé juste devant elle. Clémence se prend à penser que son sang n’a pas encore eu le temps de remonter au cerveau, consciente, cependant, que n’importe qui serait pris au dépourvu par un tel accueil. Qu’est-ce qu’il attend, de toute façon ? Qu’ils partent en nuit de noces derrière ? Eh mec, tu as ramassé deux pétasses bourrées dans une boîte de nuit, hier. Tu crois que tu vas avoir une déclaration d’amour ?

– On te rappellera éventuellement à l’occasion.

Un rire sort de sa bouche. C’est mal, c’est méchant, c’est totalement stupide. Nathalie se met, elle aussi, à pouffer, rampant en serviette de bain sur le lit. Elles sont encore saoules, elles se sentent puissantes, elles ont envie d’être connes.

– Alors, qu’est-ce que tu attends ?

Puis, comme elle se rend compte qu’elle a encore son caleçon sur les fesses, elle se redresse et l’enlève rapidement, le jetant d’un geste imbécile vers lui. Nathalie s’étouffe à moitié de rire.

– Allez, tire-toi ! se mettent-elles soudain à crier, toutes deux. Va-t’en ! Barre-toi ! On n’a plus besoin de toi !

Et elles rigolent, et elles se noient dans leur hilarité. Il s’agit clairement d’une vengeance idiote de femme, d’une envie de penser qu’elles aussi peuvent être de vraies salopes, bien que ce ne soit pas réfléchi. Au moment où Apollon s’apprête à sortir, Clémence se sent prise d’un léger remords et court soudain pour lui tenir la porte, les yeux brillants et sa proximité la faisant se sentir plus taquine encore. Qu’il s’en aille, maintenant. Vite. Elle ne sait pas ce qu’elle pourrait ajouter comme connerie et elle se croit même capable de le sucer pour se faire pardonner.

Puis elle s’appuie de tout son poids sur la porte pour la refermer derrière lui, y restant quelques secondes, tandis que Nathalie écarte les pans de sa serviette et s’étale de tout son long sur les draps froissés.

En le remarquant, Clémence ironise :

– Pas encore rassasiée ?

Puis, comme Nathalie réagit par un sourire, Clémence prend une expression conquérante et balance, d’un geste négligent, le document qu’elle lisait en l’air, profitant du moment où les feuilles volent autour d’elle pour grimper, à quatre pattes, surplomber le corps de son amie sur le matelas. Lentement, elle appuie le bassin contre celui de cette dernière, savourant le contact de leurs peaux nues. Son ventre se tord cependant d’une inquiétude. Elle déglutit douloureusement.

– Ça te manque, parfois ?

Son ton est redevenu sérieux.

– Quoi ?

– La queue.

La petite tape que Nathalie lui assène sur les fesses la fait sourire.

– Mais que vous êtes vulgaire, madame…

– Horriblement…

– Parce qu’on a ramené ce mec ?

– Oui.

Nathalie prend quelques secondes avant de lui répondre.

– Non.

Puis elle enchaîne.

– Idiote.

L’expression de Nathalie est à croquer sur place, à immortaliser sur un tableau. Clémence fait une mine de petite fille coquine, essayant d’oublier le besoin qu’elle a de se convaincre qu’elles n’ont pas fait une bêtise. Elle se sent fragile.

Le regard de Nathalie sur elle n’est cependant empli que d’amour et de certitudes.

Alors, Clémence se penche sur ses lèvres, les frôlant de son souffle et, lorsque qu’elles s’embrassent de nouveau, elle oublie peu à peu leur nuit passée dont chaque trace se trouble, s’efface, se transforme en une brume pâle qui s’étiole lentement.

Vintage Gay Men

Autrice : Valéry K. Baran.

Genres : Duo homosexuel, érotique.

Résumé : Chris débarquait toujours à l’improviste. Chris était l’étudiant bohème, parasite de référence. Alex n’aurait même pas su dire comment il avait fait pour s’installer ainsi dans son existence, pas plus que pour devenir un élément de son quotidien.

Vintage gay men

Chris débarquait toujours à l’improviste.

Chris entrait, se servait un café, déambulait pieds nus sur le carrelage du salon et allait se prendre une douche avant de sauter dans la piscine. Alex le trouvait en maillot sur un transat, en train de descendre ses bières, ou avec une bouteille de champagne emmenée « comme ça » — et pourquoi faudrait-il une raison ? — sur son perron, si ce n’était en train de leur préparer un plat au fumet intriguant dans sa cuisine. Puis Chris lui parlait des histoires de cul des autres élèves de leur fac et des profs, et puis des siennes, avant de squatter tout le soir durant la terrasse de sa baraque. Chris lui piquait tous ses cours pour les photocopier et rattraper ainsi ses séances d’amphi séchées. Chris vidait trop souvent son frigo, mais se rattrapait toujours juste avant qu’Alex s’en agace avec des élans de générosité inattendue.

Chris était l’étudiant bohème, parasite de référence. Alex n’aurait même pas su dire comment il avait fait pour s’installer ainsi dans son existence, pas plus que pour devenir un élément de son quotidien, aussi habituel que le ronronnement de sa cafetière ou le reflet de son visage dans la glace vieillie de sa salle de bains. Chris était un mystère ambulant.

Lorsqu’il le vit s’approcher lentement de lui, son pantalon baggy retroussé sous ses genoux et ses poches pleines à craquer — Chris y transportait toujours toute sa vie —, et son habituelle boucle d’oreille tête-de-mort pendant à son lobe gauche, il leva simplement les yeux pour l’observer. Le voir s’asseoir en tailleur à ses côtés ne l’étonna pas. Allongé sur les lattes chaudes de sa terrasse, les oreilles bercées par le clapotis de l’eau de la piscine, il observa sa silhouette se détacher sur le bleu plein du ciel, masquant le soleil qui nimba les mèches blondes de ses cheveux d’or pur. Un temps, il se surprit à y perdre son regard.

– Ce sont des bears, lui fit enfin remarquer Chris en se montrant la photo qu’il tenait dans ses mains.

Alex leva de nouveau cette dernière au-dessus de son visage. La musculature des deux modèles, franche et puissante, témoignait d’un travail physique que ne permettait pas une salle de sport, et leur pilosité, ajoutée à la calvitie de l’homme accroupi, en faisait tout sauf des figures de mode.

– On dirait Robert Hue, marmonna Alex en s’attardant sur la barbe en collier du modèle debout.

Chris émit un léger ricanement. Il étendit ses jambes sur le bois de la terrasse.

– Je ne sais vraiment pas ce que je vais pouvoir en faire, soupira Alex.

– C’est pour quoi ?

– Travail pratique. On est censé proposer quelque chose à partir de ce cliché.

Chris se pencha pour examiner plus attentivement le cliché.

– Une histoire de bûcherons dans les bois ?

Les deux modèles se tenaient en effet devant un arbre, en pleine nature, et ce qui dépassait légèrement des doigts de l’homme accroupi ne pouvait être que l’extrémité du sexe tendu de son partenaire. Du moins, Alex avait assez usé ses yeux dessus pour en avoir acquis une certaine certitude. Chris lui aussi sembla s’y attarder : sur cet arc rebondi qui dépassait de son poing. Le fait que la photo soit en noir et blanc et que sa cuisse épaisse en masque le bas laissait un léger doute.

– Il a le droit de vous faire travailler sur ça ?

– Le prof est un connard, grogna Alex pour toute réponse.

– Tu trouves ?

Alex prit une longue inspiration et essaya de se modérer.

– Cyprien est un connard, corrigea-t-il. S’il avait trouvé mieux à faire qu’insulter son voisin de gauche en le traitant de PD, on n’en serait pas là. Si le prof avait trouvé une meilleure punition que de nous filer ce cliché sur lequel bosser, on n’en serait pas là non plus. Ou au moins une punition individuelle… Il n’y a que cet abruti qui a eu des propos homophobes, autant que je le sache, pas le reste du groupe.

Chris ne dit rien, considérant seulement la photographie avec attention. Lorsqu’Alex dirigea son regard vers lui, il le vit pencher la tête vers l’arrière. La mèche de cheveux plus longue qu’il gardait entourée de ficelles colorées, à la Anakin Skywalker, lui descendit dans le dos et Alex remarqua l’arbre qui se détachait un peu plus loin sur l’azur du ciel, le vent faisant bouger les feuilles de sa cime. Comme sur la photo. Son esprit vagabonda.

– On disait déjà « bear », à l’époque ?

– Bien sûr, commenta Chris.

Alex se demanda comment il pouvait en être si sûr, mais se garda d’en faire la remarque. Chris était gay. Chris devait forcément savoir des choses que lui ignorait, ou du moins avoir une culture plus poussée que lui à ce sujet. Si ça se trouvait, Chris ne bloquait pas comme lui sur l’apparence des deux types du cliché. Peut-être aimait-il les bears ?

– C’est quoi le thème qu’il a demandé, exactement ? l’interrogea Chris.

Alex eut un rire nerveux.

– « Vintage gay men ».

Chris succomba aussitôt à l’hilarité.

– C’est un connard, je t’ai dit, commenta Alex.

– Je le trouve plutôt culoté, pour le coup.

Chris avait ce petit sourire qu’Alex s’était habitué à lui voir parfois : celui qui, rêveur, semblait toujours voir au-delà de la surface des choses, comme s’il y avait des profondeurs à déceler qui échappait au reste de l’humanité. Un temps, alors qu’il le regardait, le vent balayant ses cheveux qui naviguaient en un désordre artistique autour de sa tête, avec les feuilles bougeant derrière lui et le ciel bleu en fond, il se demanda si Alex pouvait éprouver du trouble auprès de lui… S’il pouvait y avoir du désir, quelque chose au-delà de l’amitié. Il s’en voulut de cette pensée et tâcha de la chasser : il n’avait pas envie de toutes les filles qu’il côtoyait, pourquoi Alex aurait été différent vis-à-vis des hommes ?

– Tu voudrais me servir de modèle ? demanda-t-il toutefois tout de go.

Chris haussa les sourcils.

– Pour ce travail ?

– Oui.

Une jolie moue déforma un instant ses lèvres pleines, puis Chris souffla en reportant son regard sur la piscine.

– O.K.

***

Chris se prostituait. Ou, du moins, quelque chose comme ça. Alex avait toujours du mal à faire se connecter l’image glauque qu’il avait de cette activité avec la légèreté de Chris à ce sujet, qui discutait avec des inconnus sur des sites de rencontre, apprenait brièvement à les connaître, prévoyait des plans cul… jusque-là rien que du très banal. La différence était seulement que, juste au moment où ces derniers pourraient se concrétiser, il annonçait qu’il était tarifé. Il aurait pu coucher avec ces types sans cette précision. Il n’avait pas vraiment besoin d’argent : celui qu’il gagnait — et Alex doutait qu’il soit bien conséquent — lui servait vraisemblablement plus à s’offrir du superflu qu’à autre chose. Mais Chris le faisait quand même. Ça devait l’exciter. Ça devait exciter les types d’en face — du moins, ceux qui acceptaient, forcément. Ça devait ajouter du piment à ses rapports. Alex le supposait, en tout cas. Il ne voyait guère d’autre raison, sinon, pour que Chris se prête à ça.

Toujours était-il que, lorsqu’il avait proposé à Chris de le payer, pour ces photos, celui-ci avait accepté sans sourciller. Ce devait être normal, pour lui. Il le lui rendrait certainement l’un de ces jours en apportant une bouteille de champ’, « comme ça », comme il le disait toujours.

Il y avait un arbre, dans le bois derrière sa maison, qui ressemblait à celui de la photo : un bouleau fin, tordu, dont les taches sombres sur l’écorce rendraient sûrement bien pour des clichés en noir et blanc. Chris n’avait absolument rien de « vintage », à moins que la petite natte à la Anakin soit déjà entrée dans cette catégorie-là, mais il était « gay », c’était un « man », et ils étaient dans un coin de nature désert avec un arbre en fond ; ce serait amplement suffisant pour répondre à la photo qui lui avait été donnée.

– Tu veux que je fasse quoi ? demanda Chris en prenant l’une de ses poses cool dans lesquelles il excellait.

Ce devait être une seconde nature, pour lui. Ou le fruit d’années d’entraînement.

Alex considéra le site.

– Que tu te poses là.

Il lui indiqua le devant de l’arbre. Il y avait de l’herbe sèche, presque jaune à cause de la chaleur ambiante, et la terre avait pris des couleurs de sable. Chris se positionna. Alex chercha l’angle le plus intéressant, puis décida de s’accroupir pour inclure plus de ciel dans son cadrage.

– Tu veux que je me dépoile ? proposa Chris.

Alex eut une seconde d’hésitation.

– Oui.

Chris eut un sourire en coin — cool, toujours, parfaitement cool — et approcha la main de la joue d’Alex pour dégager l’une des mèches bleues de ses cheveux — c’était son excentricité à lui, avec les rangées de piercings de ses oreilles. Alex en fut vaguement perturbé.

– D’accord, dit Chris.

Et il ôta son t-shirt, puis son baggy délavé. Quand il attrapa le rebord de son caleçon pour l’enlever, Alex fut toutefois surpris. Il n’aurait pas dû l’être puisque Chris se contentait de reproduire ce qui apparaissait sur la photo, mais il aurait pu rester juste torse nu, pantalon légèrement baissé. Pour Chris, ça ne devait pas être dérangeant de se dénuder, toutefois. Ou probablement.

– Tu prends des poses ? lui suggéra-t-il.

Il se déplaça ensuite autour de lui avec l’appareil. Chris s’adossa contre l’arbre, leva une main au-dessus de sa tête pour saisir l’écorce, se caressa le torse avec l’autre… Il savait s’y prendre. À aucun moment, il ne lâcha l’objectif du regard.

– Change un peu.

Chris sourit.

– Comme quoi ?

Alex haussa une épaule. Il ne savait décidément pas comment aborder ce travail.

– Je ne peux pas faire comme les types de la photo. Je suis seul, lui fit remarquer Chris. Et je ne suis pas un bear.

– Pas grave.

Chris semblait réfléchir. Calculer comment il pourrait faire pour répondre au travail qu’avait demandé le prof d’Alex.

– Ton sujet, c’est bien « vintage », hein ?

– Oui. Mais j’ai déjà pensé à comment résoudre le problème. Ce n’est que des détails techniques à arranger.

Des règlements à faire avec son appareil, des retouches numériques derrière. Il y avait toujours la possibilité de donner un faux aspect vieilli à la photo pour faire comme si elle datait de plusieurs décennies.

Chris leva les yeux au ciel, pensif, et attrapa ses attributs sexuels d’un geste qui sembla rêveur pour les caresser doucement.

Alex ne sut comment réagir. La situation était inhabituelle. Il commença à se sentir véritablement mal à l’aise.

– Ne fais pas des trucs trop pornos, dit-il seulement. Sinon, je ne pourrais pas les exploiter.

Un sourire goguenard s’afficha sur les lèvres de Chris.

– Tu n’auras qu’à cadrer l’image pour que ça passe. C’est bien le cas de la photo sur laquelle tu dois te baser, d’ailleurs, non ?

Chris n’avait pas tort.

Alex resta quelques secondes dubitatif, puis il lui demanda :

– Tu comptes faire quoi ?

– Quand j’étais gamin, il y avait des images qui me fascinaient…

Chris sembla partir dans ses souvenirs, le regard au loin.

– Toutes ces statues de Dieux grecs, poursuivit-il. Avec ces positions précieuses et ces corps exposés. Peut-être qu’on peut…

Il se rapprocha de l’arbre pour y saisir un pan de lierre qu’il arracha avec force. Il l’enroula ensuite en plusieurs cercles autour de sa tête. Il avait déjà l’air plus « vintage », en effet : un aspect Bacchus, à la fois décadent et bucolique. Puis il s’adossa contre le tronc. Sa main se repositionna sur son sexe et Alex ne put s’empêcher de remarquer qu’il était légèrement redressé.

– Ça va, comme ça ? souffla Chris en fermant les paupières.

– Oui.

Il commença à prendre quelques clichés. Il fit semblant de ne pas voir que le sexe de Chris gonflait doucement, cadrant avec précision son visage ou le haut de son corps, ou effleurant à peine l’endroit où sa main rencontrait sa verge tendue. Chris renversa la tête en arrière, respirant plus fort. Tandis qu’il entrouvrait les lèvres dans l’expression d’une excitation évidente, Alex se surprit à dire :

– Continue.

Alors, il captura contre lui-même les images troublantes de cette scène à laquelle il ne se serait pas attendu à participer.

***

Lorsqu’Alex rentra de la supérette, le lendemain, Chris était allongé sur un transat du bord de sa piscine, des écouteurs dans les oreilles et son bras replié sur ses yeux pour les protéger du soleil. Alex posa ses cabas au milieu du coin cuisine et commença à les vider sans lui prêter attention.

Chris alla se poser dans l’ouverture de la baie vitrée. Il prit appui sur le montant en un déhanché digne d’un modèle de magazine.

– Alors ? Comment ça s’est passé avec le prof ?

Alex fit une moue rapide.

– On n’en a pas parlé.

Chris haussa un sourcil.

La vérité était qu’il n’avait pas rendu son travail. Que de nombreux étudiants avaient fait de même. Que l’aspect tendancieux du cliché avait été critiqué, et vertement par des étudiants qui avaient eu assez de la veille pour finir bien remontés. Et que le prof s’était contenté de répondre d’un sourire énigmatique avant de passer à autre chose. Alex avait eu l’impression de s’être fait avoir en se prêtant au jeu, pour sa part.

Il rangea sa dernière bouteille de lait dans son placard.

– Tu t’es baigné ?

– Oui, répondit Chris.

– Je vais faire pareil.

Alors qu’il allait rejoindre l’étage pour chercher son maillot, Alex se retourna cependant pour regarder le dos de Chris qui s’éloignait.

Et il se demanda si le trouble qui l’avait désormais gagné allait persister indéfiniment ou s’il finirait par s’effacer.

Sa Chair

Autrice : Valéry K. Baran.

Genres : Duo hétérosexuel, érotique.

Résumé : « Baise-moi. » Elle n’ajouta rien d’autre. Elle voulut qu’il comprenne : ce qu’il y avait derrière les mots, le besoin qui était le sien.

Sa chair

– Qu’est-ce que tu veux ?

– Que tu me baises comme une pute.

 

Alanguie contre la large vitre donnant sur la rue, les épaules serrées dans son manteau et le menton blotti au creux de son écharpe roulée, Emma perçut à peine le tintement de l’ouverture de la porte du café. Elle adressa un sourire doux à Luc en le remarquant. Il portait des gants épais et un pardessus de laine lui conférant un chic très parisien. Un air de magazine, de pages modes glacées, de boutons à défaire et de chevelure à désordonner.

Il s’assit en face d’elle.

– Ça fait longtemps que tu attends ?

– Non.

Elle se décolla de la vitre, essaya d’arborer une expression assurée, mais fixa surtout le marron griffé du bois de la table. Pour dire vrai, peut-être une demi-heure s’était-elle écoulée depuis qu’elle avait posé ses fesses sur le similicuir de la banquette du café, mais cela avait-il seulement une importance ? Elle avait usé ses yeux sur les allées et venues des passants dans la rue pour contenir le flux de ses pensées. Elle avait vécu mille fois dans son esprit, déjà, l’entrée de Luc, les mots qu’ils échangeraient et ce qu’elle attendait de voir découler de leur entrevue. Elle avait senti chacun de ces instants dans son corps, sa chair et dans sa poitrine glacée. Lorsqu’il ôta son manteau, elle suivit du regard les mouvements de ses épaules, devinant les muscles tendus sous le tissu.

– Tu prends un café ?

Elle acquiesça silencieusement, la gorge serrée, et fit fleurir un sourire qu’elle sentit loin d’être assuré. Il mourut dès l’interrogation suivante de Luc.

– Pourquoi m’as-tu appelé ?

Un infime tremblement passa sur ses lèvres.

– Tu le sais.

– Je veux dire… Pourquoi maintenant ? demanda-t-il en balançant son corps vers l’arrière, s’adossant à sa chaise en une posture qui n’avait de l’assurance que l’apparence, sa tension restant clairement perceptible.

Elle ne le lâcha pas du regard. Elle ne voulait pas lui paraître faible ou pitoyable. Un long soupir lui souleva la poitrine et elle salua le répit que lui permit le serveur en arrivant. Luc passa la commande.

Elle finit par détourner les yeux. Le serveur s’éloigna. Machinalement, elle glissa les doigts dans le col formé par son écharpe et le souleva pour y enfouir le bas de son visage.

– Parce que j’ai songé que tu le voudrais, souffla-t-elle.

Cette fois, Luc ne la relança pas et elle lui en sut gré. Elle remarqua juste l’expression d’interrogation qui marqua son visage, comme s’il cherchait en elle les mots qu’elle lui refusait.

La tasse arriva à pic pour réchauffer ses doigts. Elle les y blottit, se les brûlant à moitié.

– Comment va Alex ? demanda-t-il.

– Mal.

Elle haussa les épaules, peu désireuse de poursuivre. La vague de détails qui traversa son esprit ne fut que transitoire : aucun ne méritait de compléter le terme certes lapidaire, mais juste qu’elle avait employé. Aucun n’avait surtout besoin d’être étalé. Elle ramassa son sac, soudain nerveuse.

– On y va ?

Et elle se leva dans la foulée. Si elle remarqua à ce moment-là la tasse qui était restée pleine et chaude encore à sa place, elle n’eut en aucun cas le goût de la vider. Luc, lui, finit la sienne rapidement. Il se dressa à ses côtés.

– O.K., dit-il sans plus la regarder.

J’ai envie d’une queue, de bras autour de moi, de baisers sur ma bouche, mes lèvres, de doigts qui me serrent, du poids d’un corps sur le mien, de souffle dans mon oreille, d’une langue qui s’approprie ce qu’elle veut, et de moi qui prend, et de moi qui donne, et de moi qui ne suis plus que chair entre des mains impatientes.

 L’appartement de Luc se situait dans l’une de ces résidences bourgeoises du siècle dernier qui brillait plus par les vestiges ouvragés de sa façade extérieure que par l’état de ses couloirs. La fenêtre de son salon donnait toutefois sur une cour lumineuse d’où montaient les cris assourdis d’un groupe d’enfants, et le voile de couleur chaude qui recouvrait le vitrage conférait à son intérieur une atmosphère agréable. Emma se laissa tomber dans le canapé de cuir brun, son manteau jeté deux mètres plus tôt et ses doigts étirant déjà le tissu enroulé autour de son cou pour le libérer. En voyant Luc se rapprocher, elle sentit les battements de son cœur se précipiter. Le jeune homme prit le temps de suspendre son manteau à la patère et de faire passer son pull au-dessus de sa tête. La manière dont ses cheveux clairs s’en ébouriffèrent accrocha le regard d’Emma.

– Pourquoi maintenant ? lança-t-il. Tu avais toujours dit « non ».

– Je sais…

Elle voulait qu’il se taise, qu’il ne pose pas plus de questions. Pourquoi faudrait-il mettre des mots sur ce qu’il allait se passer, de toute façon. Négligemment, Luc balança ses chaussures contre le mur. En réponse, elle s’empressa de se débarrasser de son écharpe et de dénouer le cache-cœur qui enserrait son buste. Il l’interrogea :

– Pour ce soir ou pour plus ?

– Pour ce soir.

Elle lui fut reconnaissante de poser la question. Que ce soit clair entre eux, tout de suite. Pourvu qu’il prenne la place qu’elle lui offrait contre sa peau. Qu’il envahisse en même temps son esprit. Qu’il efface même de manière transitoire toutes les ombres qui le recouvraient.

Lorsqu’elle se retrouva en débardeur, son cache-cœur ôté, il s’immobilisa. De réflexe, elle releva les yeux sur lui, le découvrant en train de l’observer avec attention. Elle eut l’impression que celle-ci se porta sur son bras. Elle le considéra à son tour.

– Tu ne l’avais pas, celui-ci, avant, remarqua-t-il.

– Non.

Elle s’attarda sur les détails du tatouage noir sur la pâleur de son épiderme. Il était vrai qu’elle n’avait plus revu Luc, physiquement, depuis un an. Ils avaient été extrêmement proches au lycée, et le fait qu’ils ne soient alors jamais sortis ensemble ne tenait que du concours de circonstances et des mauvaises coïncidences ayant fait que jamais l’un ne s’était jamais trouvé libre en même temps que l’autre. Alex avait été l’un de ces concours de circonstances : un qui durait depuis cinq ans. Comme il semblait hésiter, elle se leva d’un coup et franchit la distance les séparant. À peine fut-il à sa portée qu’elle se jeta à son cou, comme ça, se surprenant elle-même, mais c’était sans importance. Le geste avait été automatique, souverain. Les lèvres de Luc furent aussitôt sur les siennes et elles la dévorèrent. Sa barbe mal rasée brûla son menton, et sa langue s’immisça en elle comme s’il s’était agi de son propre territoire. Et, sur l’instant, ça l’était. Sur l’instant, elle était à lui, à ses désirs, à ses envies, à ses mains et son corps, prête à lui donner tout ce qu’il voudrait, et plus encore : désireuse qu’il s’empare d’elle dans son entièreté.

Baise-moi, retourne-moi, ne me demande pas si je le veux.

 Quand il relâcha ses lèvres, elle agrippa sa chemise pour ne pas rompre leur contact. Elle eut envie de mendier ; sa fierté l’en retint. La bouche de Luc fut aussitôt dans son cou, écartant ses cheveux pour aspirer et mordre sa chair, et tracer une longue ligne dure avec ses dents.

Le souffle qui pénétra dans son oreille se répercuta jusque dans son entrejambe.

– Celui-ci, c’était avant ta rencontre avec Alex, non ?

Troublée par ce rappel à la réalité, elle se laissa néanmoins bercer par la langueur de sa voix.

– Oui, soupira-t-elle.

Elle pencha un peu plus la tête de côté pour laisser le champ libre à Luc. Elle avait fait ce tatouage à peine son bac’ passé : une série d’étoiles qui allaient en grossissant vers son omoplate sans que leur intérieur soit coloré. À l’époque, ça avait symbolisé, pour elle, son émergence en tant que femme : elle avait acquis le droit d’agir par elle-même, acquis celui de se laisser grandir et remplir par ce qu’elle voudrait. La première fois qu’Alex avait suivi de ses lèvres leur tracé, les embrassant et les lapant doucement l’une après l’autre, elle s’était sentie dénudée jusque dans son âme.

Sous les baisers de Luc, elle se pâma. Sa main vint se poser sur son torse, si dur, si plat, si solide sous ses doigts, au contact incroyable, et elle résista à l’envie de la faire glisser plus bas. Luc ne la laissa pas dans l’hésitation. D’un geste rapide, il saisit sa main et la posa directement sur son entrejambe, sur la masse ferme qu’elle y sentit.

Elle l’y pressa, ivre de trouble. Lorsqu’il l’embrassa de nouveau, elle fut tremblante. Luc était partout sur elle, sa langue dans sa bouche, ses mains sur ses fesses, la rondeur surprenante de son sexe nichée dans le creux de sa paume. En des gestes empressés, il la fit reculer et elle l’accepta avec complaisance. Seul son regard resta ancré dans le sien, dernier vestige d’un contrôle qu’elle lui cèderait bientôt, elle le savait, qu’elle languissait de lui abandonner. Ses genoux rencontrèrent le rebord du canapé, pliant dans la foulée. Le visage de Luc la suivit, et ses doigts furent sur sa gorge, et son décolleté, et le léger espace permettant de glisser dans son débardeur… Lorsqu’il prit en main l’un de ses seins, elle se détacha de sa bouche et releva les yeux sur son visage. Sa large paume à la chair légèrement râpeuse lui procurait une sensation d’étrangeté. Elle n’en gémit pas moins lorsqu’il fit doucement rouler son mamelon entre ses doigts. Il le lâcha ensuite pour prendre un temps de pause, suivant d’un air pensif la plume stylisée noire qui reliait l’arrondi de son sein à son épaule en un fin trait.

– Et celui-ci, c’était quand ?

Elle tâcha de reprendre ses esprits et baissa les yeux sur son tatouage.

– Au tout début de notre relation, avec Alex, expliqua-t-elle. Tu ne l’as jamais vu parce que…

Elle ne vit pas d’intérêt à poursuivre. La suite était sous-entendue. Bien qu’ils aient continué à sortir entre amis, avec Luc, elle ne se déshabillait pas devant lui. Et celui-ci relevait de l’intime, témoignant plus que les précédents de ce qui la liait à Alex, parce que, lorsqu’elle avait décidé de le faire, c’était à la suite d’une soirée qui les avait fait s’amuser à s’écrire des mots doux, et d’autres drôles, au stylo sur la peau, et qu’elle avait voulu immortaliser cette connivence si douce à son cœur dans son épiderme. La plume, c’était l’objet donné à Alex pour marquer sa chair de son existence.

Luc n’attendit pas qu’elle développe. Il posa un genou entre les siens sur le canapé, baissa ses vêtements jusqu’à offrir ses deux seins à la morsure de l’air, et se pencha aussi vite sur ses mamelons qu’il s’attarda à lécher et aspirer successivement entre ses lèvres. D’excitation, Emma renversa la tête en arrière et chercha la chevelure de Luc, s’y agrippant. Lorsqu’il se redressa, elle se sentit étourdie, mais accrocha immédiatement la ceinture de son pantalon de ses doigts pour le retenir de s’éloigner. Son regard se reporta sur le visage qui se dressait au-dessus d’elle, fiévreux et curieux à la fois, qu’elle fixa sans ciller tandis qu’elle faisait sauter lentement les boutons de son jean. Le sexe de Luc se glissa aussitôt dans l’interstice, venant taquiner ses doigts, les inviter à s’emparer de lui. Avec fascination, elle contempla l’expression de plaisir qui s’afficha sur les traits de Luc lorsqu’elle le caressa doucement par-dessus le tissu. Elle pouvait sentir les rondeurs de son membre dans sa main, sa dureté et les douces contractions qui le prenaient de temps en temps.

– Emma, souffla Luc en glissant la main dans ses cheveux, les poussant sur le côté, jouant avec eux comme elle jouait de sa hampe.

Elle tira sur l’élastique de son vêtement pour la libérer. Luc ne bougea pas. Il attendait. Sa chair était juste en face de son visage, pulsante et ferme et dans l’attente, elle ne pouvait l’ignorer.

– Tu sais depuis combien de temps j’en ai envie ? souffla Luc.

Son ton doux la surprit.

Elle lui sourit.

– Depuis la terminale ?

– Oui.

Elle connaissait la réponse.

Elle avait éprouvé la même chose depuis ce moment-là.

Luc n’avait manifesté son désir pour elle qu’un an auparavant, lorsque son couple avec Alex avait commencé à battre de l’aile et qu’elle avait fini en pleurs chez lui à lui confier tous ses malheurs, à se déverser dans ses bras, à lui refuser les lèvres qu’il avait penchées au bout d’un moment sur les siennes brûlantes… Bien qu’il le lui ait rappelé depuis, elle l’avait toujours repoussé.

Avec espièglerie, elle tira la langue, la posa sur le bout de sa verge, la retira. Celle-ci en eut un soubresaut d’intérêt. La paume de Luc se glissa plus largement contre sa joue, la caressant avant de finir sur sa nuque. Emma accepta l’avancée des hanches lui faisant face qui s’ensuivit. Elle ouvrit juste la bouche, leva les yeux sur le visage de Luc, et accepta la chair qui se présenta à l’entrée de ses lèvres. Sa surface douce y glissa, entrant, prenant lentement sa place, et le soupir rauque qui résonna derrière à ses oreilles sonna d’une façon si brûlante qu’elle sentit son entrejambe s’en contracter vivement. Les doigts de Luc furent sur son cou, sa chevelure, le pli de son épaule.

Bouge.

Prends ce que tu veux de moi.

Utilise-moi.

 Elle se décolla du dossier du canapé pour gagner plus d’amplitude, s’assit un peu plus en avant, enroula sa main autour de la base du sexe de Luc.

Lorsqu’elle commença à le caresser tout en jouant de sa bouche et de sa langue sur sa chair tendue, il renversa la tête en arrière, pantelant. Ses doigts se posèrent à l’arrière de son crâne, sans pour autant pousser, avant de glisser sur sa joue et de finir sur l’arrondi de ses seins. L’excitation la possédait et elle ne se laissa faire qu’avec surprise quand il s’arracha enfin à sa bouche, pour la repousser en position allongée. Son pantalon se fit enlever, sa culotte avec. Comme Luc ne l’en débarrassait pas, elle ôta elle-même le reste de ses vêtements, se retrouvant nue devant lui. En le voyant faire mine de vouloir enlever son propre jean, elle l’arrêta. Elle ne sut pas comment lui dire qu’elle voulait qu’il la prenne comme une pute, sans égards et sans ménagements. L’idée était choquante même à son propre esprit, mais c’était pourtant ce qu’elle désirait. Elle prit une longue inspiration tout en le fixant.

Puis elle lui dit :

– Baise-moi.

Elle n’ajouta rien d’autre.

Elle voulut qu’il comprenne : ce qu’il y avait derrière les mots, le besoin qui était le sien.

Sur le visage de Luc, elle pouvait lire le doute, l’interrogation, mais aussi quelque chose d’autre : de la frustration, et elle pouvait le comprendre parce qu’il avait toujours espéré d’elle plus qu’une simple séance de baise. Mais l’ombre plus dure qu’elle voyait naissante dans son regard était justement ce qu’elle désirait de lui. Ce avec quoi elle attendait qu’il la possède. Il finit par soupirer et murmurer :

– Viens.

L’instant suivant, il l’attrapait par la main pour la lever du fauteuil et la tirer vers la table du salon. Elle s’y laissa échouer avec envie. Ses jambes se firent écarter, son torse plaquer contre le bois et elle se retrouva tremblante d’excitation. La voix de Luc fut contre son oreille : incendie et déception mêlés.

– C’est ce que tu veux ?

Elle ferma les paupières, espérant que les frémissements de son corps sachent témoigner plus clairement qu’elle ne l’aurait pu à quel point elle attendait qu’il la traite ainsi : qu’il prenne d’elle ce qu’il voulait puisqu’elle ne pourrait lui donner plus. Ses mains, puissantes et masculines, inclinèrent ses hanches, puis écartèrent ses fesses, lui arrachant un feulement d’envie en se sentant si exposée. Un doigt entra aussitôt dans sa chair, ses allers et retours la faisant prendre conscience de sa propre humidité, et d’à quel point elle voulait que Luc la prenne, désormais, qu’il oublie ses égards et s’empare juste d’elle.

– Encore, réclama-t-elle.

Elle sentit un deuxième doigt la combler. Le plaisir la fit haleter et se tordre sous les caresses qui suivirent.

– Encore, gémit-elle peu après.

Un troisième s’inséra, l’ouvrant et l’échauffant, et lui donnant l’impression d’avoir déjà le sexe de Luc en elle. Et lorsqu’il se mit à entrer et ressortir d’elle en des va-et-vient si intenses que les impacts de son poing la firent vibrer, elle se tordit d’excitation.

Elle put à peine reprendre son souffle alors qu’il marquait une pause, poussant fortement les doigts en elle.

– C’est ce que tu aimes ? demanda soudain Luc d’un ton curieux. C’est ce que te fait Alex ?

– Oui.

Elle ne savait pas ce qu’il attendait avec une telle question.

– Baise-moi, supplia-t-elle de nouveau.

Elle se sentait brusquement bouleversée, l’émoi de son corps entrant en résonance avec la perte de repères de son esprit. En sentant les doigts de Luc se retirer, elle se tendit vers lui, mais ses mains la maintinrent bien en place. Ses pouces glissèrent sur ses reins, remontant le long de son flanc pour suivre cet autre tatouage qu’elle savait avoir été masqué jusque-là à sa vue : ces entrelacements et ces autres étoiles, cette fois toutes pleines, qu’elle avait faites un peu plus d’un an auparavant, tout juste avant l’accident qui avait ôté à Alex ses deux parents. Quand elle était revenue de chez le tatoueur, Alex lui avait demandé, tout sourire, pourquoi aucune étoile n’avait cette fois été laissée vide. Emma avait senti l’amour gonfler sa poitrine lorsqu’elle lui avait répondu que c’était parce qu’elle n’avait plus rien qui ait besoin d’être empli. C’était une déclaration maladroite et elle n’avait jamais été douée pour en faire de toute façon, mais Alex avait compris. L’émotion dans son regard le lui avait appris.

En entendant le son du déchirement de l’enveloppe d’un préservatif, elle ferma les paupières. Dans l’attente, son cœur battait à toute vitesse.

– Emma…

– Baise-moi, l’interrompit-elle aussitôt.

L’intonation désespérée de sa voix l’affligea, parce qu’il y avait du besoin, violent, dedans, mais aussi de l’échec. De la tristesse, de la douleur… de la nécessité de combler les fissures de son âme par la possession de sa chair.

La manière dont Luc caressa alors lentement ses hanches la fit ressentir à quel point il aurait voulu qu’ils puissent avoir un autre rapport, plus tendre, et à quel point elle se comportait mal avec lui. Elle ne s’en sentit que plus coupable.

– Prends-moi, souffla-t-elle, au comble de son trouble.

Son front reposait sur ses bras pliés et elle haleta en sentant enfin le sexe de Luc entrer dans son corps, glissant progressivement jusqu’à s’enfouir tout entier en elle. La sensation était satisfaisante, apaisante, bien que curieuse.

Elle tourna le visage vers Luc, mais le premier coup de reins qu’il lui donna lui coupa aussitôt le souffle, ne lui laissant pas la possibilité de se concentrer sur quoi que ce soit d’autre que le plaisir qu’elle éprouvait. Des va-et-vient suivirent et elle s’offrit enfin réellement à lui, sortant de l’exigence et de la demande, du besoin et de la supplication. Le sexe de Luc éveillait des sensations oubliées, l’incendiant, et elle poussait même contre lui, jouait des reins pour augmenter encore les impacts de ses déhanchements, renvoyant des vibrations de plaisir en elle si vives qu’elles emplissaient jusqu’à sa tête. Puis Luc lança la main entre ses jambes et Emma gémit en le sentant frôler le petit point gorgé de sang qui s’y trouvait.

Un feulement s’échappa de ses lèvres. Ses dents se pressèrent contre ces dernières. Et, lorsqu’il commença à la caresser plus nettement, elle lâcha de longues plaintes et s’écroula sur la table, et ne put plus rien faire d’autre que se soumettre à ses gestes, et aux coups de reins avec lesquels il la comblait, et aux stimulations combinées de son organe le plus sensible qui la laissaient pantelante, se tordant sous ses doigts et ses mouvements de hanches, jusqu’à ce qu’une chaleur intense se mette à gonfler dans son bas-ventre et se renforce, et augmente, et emporte tout. Jusqu’à ce qu’elle ne soit plus que plaisir et jouissance, et qu’elle sente jusqu’au plus profond de son corps l’orgasme la monter vers le haut, la soulever et l’emporter. Alors, elle gémit, et elle haleta encore avec force quand Luc atteint lui aussi l’apogée.

Un temps, ils restèrent immobiles, haletants et en sueur.

Son sexe était encore en elle, pulsant par moments.

Sa tête à elle s’était vidée, son esprit apaisé. Derrière elle, le souffle rapide et haché de Luc la berçait, en une douce complainte érotique et sensuelle.

Après une longue expiration, Luc finit par l’interroger. Il ne sortit pas pour autant de son corps.

– Ça faisait combien de temps ?

Elle se doutait de l’intégralité de sa question, mais elle lui demanda tout de même :

– De quoi ?

– Que tu n’avais plus été pénétrée comme ça ?

Elle haussa les épaules. Sentir sa chaleur en elle était plaisant.

Luc précisa :

– Que tu n’avais plus été prise par une queue.

Elle soupira.

– Des années.

Gênée soudain par sa présence, elle bougea des hanches pour l’inciter à se retirer.

Lorsqu’elle put se retourner, elle appuya les fesses contre le rebord de la table et fixa Luc. Celui-ci lui tournait le dos et était en train de retirer sa protection.

– Tu le sais très bien : je n’ai jamais plus recouché avec un mec.

– Depuis que tu t’es mise avec Alexandra ? lui demanda-t-il de préciser.

– Oui.

Depuis Alex.

Elle ne pouvait pas dire que « la queue » lui ait manqué. Ce qui lui manquait depuis plus d’un an, c’était plutôt l’attention, les sentiments, la sensation de compter, d’être désirable… Tout ce qu’Alex ne lui témoignait plus à cause de son deuil, pour ne pas dire « dépression ». Cette tristesse insupportable qui pesait sur leurs vies et contre laquelle elle était démunie.

Luc se dirigea vers la salle de bains. Elle-même devrait y aller, aussi. Elle n’était pas pressée. Elle se pencha en arrière jusqu’à sentir le bois contre son dos, s’y allongeant, appréciant son contact sous sa peau.

– Tu vas lui dire ce qu’il s’est passé ? lui demanda Luc de la pièce adjacente.

Elle eut un moment d’hésitation. Elle n’y avait pas réfléchi, évidemment, mais elle répondit :

– Oui.

– Tu devrais vraiment avoir une discussion avec elle.

Il lui avait dit ça sur le ton de l’amitié.

En le voyant revenir vers elle, elle lui sourit. Elle s’en voulait de s’être éloignée de lui, d’avoir fait la morte depuis un an. Luc était son ami, le mec avec qui elle aurait pu être si la vie n’en avait pas décidé autrement, celui qui pour son cœur battait aussi.

– Tu as raison.

Elle se redressa. Poussée par un élan qu’elle refusa de modérer, elle se dirigea d’un coup vers lui et posa les lèvres sur les siennes, cette fois chastement. Lorsqu’il passa les mains dans ses cheveux, elle ne put que constater à quel point il était séduisant, décidément. C’était une honte qu’il ne soit pas encore casé.

Luc ramassa ses vêtements.

– Fais-le.

Elle lui adressa son sourire le plus tendre, le plus affectueux, parce qu’il avait raison et que le fait qu’il se soucie ainsi d’elle était plus qu’elle lui demandait. Lorsqu’il disparut en direction de la douche et que l’eau se mit à couler, elle laissa dériver son regard sur son propre corps, sur toutes les marques qui attestaient de ses années passées avec Alex, des tatouages de son sein, à ceux qui se déclinaient sur ses avant-bras, à la série d’étoiles qu’Alex avait si souvent léchée et embrassée sur le bas de son dos, à… Elle leva son poignet pour en contempler l’intérieur.

Elle était encore perdue dans ses pensées quand son téléphone sonna. Son cœur s’en affola et le remords la prit avec tant de force qu’elle n’osa même pas aller voir qui l’appelait.

Quand la sonnerie s’éteint puis reprit pour la troisième fois, elle trouva le courage de décrocher.

– Alex ?

Une voix mal à l’aise lui répondit, s’inquiétant de son absence.

Elle prit une longue inspiration.

Des aveux seraient à faire, des longues conversations qu’elle avait repoussées mais qu’elle serait désormais obligée d’affronter.

Emma regarda encore son poignet. Cette marque similaire qu’elles avaient inscrite chacune dans leur épiderme, l’unique fois où Alex l’avait accompagnée chez le tatoueur, pour qu’elles se rappellent toujours ce qui les liait, ce qui les rattachait l’une à l’autre.

– Avec qui tu étais ce soir ?

– Avec toi, Alex. Tu sais… Juste avec toi, en fait. Toujours avec toi, dans ma peau, dans ma tête, dans mon corps… Même lorsque tu n’es pas là. Toujours toi.

 Rêveuse, elle contempla la petite ancre marine, inscrite dans le blanc de sa peau, et qui se finissait en un symbole de l’infini, témoin du temps qu’elles s’étaient promis de passer ensemble, un jour où le monde semblait radieux et la vie ne jamais pouvoir les blesser.

– Tu rentres bientôt ? lui demanda Alex.

– Oui.

Elle ne lâchait plus son petit tatouage des yeux. Elle le fixait avec intensité. Cet infini, qui les liait. Cet avenir qu’elles avaient écrit dans leur chair.

Elle souffla :

– J’arrive.