Quitte ou double (3)

Chapitre 3

La fraîcheur matinale et les premiers rayons de soleil ont raison de son envie de traîner au lit. Matthias remarque la place vide à ses côtés et se blottit davantage dans les bras qui l’enlacent. Le corps derrière lui réagit en resserrant son étreinte et il entend un bâillement qui se termine en grognement. Toni n’a jamais été du matin, quand bien même il a eu son compte de sommeil. Matthias retient sa moquerie et se tourne pour lui faire face sans se déloger de son embrassement. Il glisse une jambe entre ses cuisses et le bras autour de sa taille. Alors que Matthias s’apprête à parler, son ami le fait taire en lui collant le front contre son torse. Docile, il reste ainsi de longues minutes, avant de commencer à paniquer. Seuls dans le lit de Justin, les draps encore souillés de leurs ébats nocturnes — même s’ils ne se sont pas réveillés pour recommencer —, leur nudité ranime d’autres désirs à mesure que les images de la nuit lui reviennent en mémoire.

— Toni ?

— Tout va bien, rendors-toi, répond son ami à son ton affolé.

Il est bien tenté de le croire : il ne s’est jamais senti autant en confiance que dans les bras de Toni. Que ce soit quand il l’enlaçait pour le rattraper d’une chute, chaque fois qu’il essayait de tenir sur des patins, ou quand il le consolait après ses ruptures et autres disputes avec Justin. Pourtant, il a besoin d’éclaircir ce qu’il s’est passé. Surtout maintenant que les doigts de son ami frôlent la peau de son dos en des arabesques auxquelles son corps répond de manière obscène.

— Pourquoi Justin t’a demandé à toi ? Pourquoi tu as accepté ?

— Il ne revient que vers midi, on a le temps d’en parler, repose-toi, soupire Toni.

— Dors si tu veux, je me lève, décrète Matthias en se libérant de l’étreinte.

Il est surpris du froid qui l’agresse quand il pose les pieds au sol et lutte contre l’envie de retourner au creux de l’enveloppe chaude qu’était le corps de son ami. Toni s’étire bruyamment et se redresse sur un coude :

— D’accord, commence-t-il. Justin en a marre de vos jeux et est persuadé que tu craques pour moi. C’est son pari : quitte ou double. Soit tu te contentes de lui, soit tu romps et on finit tous les deux.

— Quoi ? Mais il n’a jamais…

— Et moi, le coupe Toni, si j’ai accepté sa proposition, c’est parce que j’y ai vu une bonne opportunité.

Matthias en perd la voix et se borne à afficher un air offusqué. Toni doit le trouver amusant puisqu’il ricane avant de reprendre :

— Ne le prends pas mal, mais Justin n’a jamais caché qu’il trouvait notre relation ambiguë, non ?

— C’est vrai, admet Matthias. La première fois que je l’ai abordé, il a cru qu’on était en couple et que je lui proposais un plan à trois.

Le souvenir lui provoque un sourire, mais l’écho entre cette rencontre et leur situation actuelle crée une sorte de malaise. C’est comme si, toutes ces années, Justin était resté sur cette impression.

— J’avoue, reprend Toni, que je me suis toujours demandé ce que ça donnerait nous deux si on dépassait le stade amical. Pas toi ?

— Je…

— Ne nie pas, le coupe à nouveau Toni, avant d’ajouter : pas après ta réaction d’hier.

— L’idée m’a déjà effleuré l’esprit, est obligé de concéder Matthias.

D’ailleurs, il a du mal à soutenir le regard de son ami pendant qu’il se confesse et lui est reconnaissant de leur épargner cette épreuve en se remettant sur le dos pour observer le vide. Ainsi, il peut détailler Toni à loisir sans avoir la crainte du jugement :

— J’ai eu un tas de fantasmes sur toi et c’était encore mieux en vrai, mais si Justin ne s’en était pas mêlé, je n’aurais jamais fait quoi que ce soit qui puisse gâcher ce qu’on a. Est-ce que, ajoute Matthias, en hésitant, quand il le voit se raidir, notre amitié ne te suffit plus ?

— Bien sûr que si, le rassure Toni, le troublant davantage.

Perplexe, Matthias attrape la bouteille d’eau ramenée pendant la nuit et en boit quelques gorgées, appréciant que la sensation pâteuse du réveil quitte sa bouche. Il remonte dans le lit et ramène le drap sur lui. La question qui lui brûle les lèvres l’effraie et il espère un signe de Toni qui lui éviterait de la poser. Toutefois, ce dernier laisse le silence s’étirer, les yeux rivés au plafond. Matthias prend une longue inspiration pour rassembler son courage :

— Je dois choisir entre toi et Justin ?

— Nous deux, ça serait du tonnerre, argumente Toni sans se détourner du point imaginaire qu’il fixe depuis tout à l’heure. On se connaît par cœur. Je n’envisage pas de gâcher quoi que ce soit, sans compter que tout le monde nous prend déjà pour un couple. Et puis, on a démontré hier que le sexe est génial.

Matthias ne sait plus ce qu’il doit dire. Il ne peut rien réfuter, sans pour autant oser accepter l’évidence. Doucement, il sent poindre de la colère : Toni est injuste de lui laisser porter la responsabilité de ce choix, surtout quand il semble si soudain et définitif.

— Tu exagères ! s’emporte-t-il. Hier, je me retrouve devant le fait accompli et là, tu me balances presque un ultimatum. C’est facile pour toi…

— J’ai rencontré quelqu’un, l’interrompt Toni en daignant enfin le regarder.

Le moins que Matthias puisse dire, c’est qu’il est soufflé. Toute cette comédie commence à ressembler à une farce. Il n’est plus sûr d’en comprendre l’enjeu, toutefois. S’il accepte la proposition de Toni, il blesse Justin et perd en quelque sorte son meilleur ami. Mais s’il refuse, il doute de pouvoir continuer à fréquenter Toni aussi régulièrement sans avoir l’impression de trahir à la fois son petit-ami et celui, potentiel, de son ami. Il déglutit et tente de paraître nonchalant :

— Comment il s’appelle  ?

— Nicolas. Il travaille dans l’une des succursales de ma boîte. On est sur le même projet depuis plusieurs mois et l’attirance est mutuelle. Je crois que je lui ai envoyé des signaux plus que confus parce qu’au début, je ne me gênais pas pour flirter. Et puis, Justin m’a appelé pour m’expliquer ce qu’il avait prévu. Il a dit vrai, tu sais : j’ai accepté sans hésiter. Après coup, j’ai réalisé que je ne pouvais pas continuer sur la même lancée avec Nicolas si je finissais avec toi. Je l’ai un peu évité depuis.

Les informations sont difficiles à digérer en quelques secondes alors qu’il s’agit d’une décision qui va affecter leurs vies. D’autant plus que Toni ne lui a pas donné un avis tranché sur la question.

— Au final, ça veut dire quoi ?

— Que nous deux, c’est naturel. Sans effort. Notre couple serait peut-être un cliché ambulant, mais il marcherait. Ceci dit, si tu aimes toujours Justin, il mérite une vraie chance. Lui et moi, on ne s’entendra jamais si bien que ça, mais je comprends mieux son attitude. Si cette idée lui trotte dans la tête depuis votre rencontre, je pense qu’il a intériorisé beaucoup de choses à ton égard. Et j’ai Nicolas qui devrait se remettre du chaud et froid que je lui ai soufflé ces dernières semaines. Il habite loin, ne te connaît pas encore. Ce sera plus facile de construire quelque chose avec lui sans l’ombre de notre amitié.

Matthias trouve un intérêt soudain à la contemplation du plafond et il comprend mieux, lui aussi, le comportement de Toni. Ce dernier attend sa décision, mais ne le presse pas ; il lui laisse le temps d’y réfléchir. Il pourrait encore se plaindre de la lâcheté de son ami, cependant il se rend compte que celui-ci ne veut pas lui arracher un accord. Leurs options sont exposées et Toni est prêt à suivre Matthias quelle que soit celle qu’il préfère.

— Et si ça ne marche pas ? le relance Matthias.

— C’est plus risqué pour moi que pour toi. Justin m’a l’air bien décidé à te garder si tu restes.

— On va se voir beaucoup moins.

Ce constat fait réaliser à Matthias que son choix est fait. Toni et lui se sont toujours aimés et il serait aisé de tomber amoureux. Pourtant, Justin a aussi une place particulière dans son cœur et, malgré les crises qu’ils ont traversées, Matthias n’est pas prêt à tourner cette page de sa vie.

— Ça demandera une période d’ajustement, lui répond Toni. Justin finira par nous faire confiance. Surtout si je ne joue plus l’éternel meilleur ami célibataire. Quant à Nicolas, il ne saura rien de cette nuit et je ne te le présenterai que si c’est vraiment sérieux.

— Tu sais ce qui craint ?

— D’avoir un plan de secours en cas de rupture ? ironise Toni.

— Ouais, ça aussi. En fait, la seule chose à laquelle je pense, c’est que j’ai loupé l’occasion de goûter à tes talents en matière de fellation. Justin avait l’air aux anges.

L’éclat de rire à ses côtés l’étonne puis le rassure : leur relation est trop solide pour s’entacher de gêne après cet écart. Sa surprise ne s’arrête toutefois pas là puisque Toni soulève le drap pour venir s’agenouiller entre ses cuisses. Matthias l’interroge du regard et sursaute quand les doigts de son ami s’enroulent autour de son sexe. Son érection matinale, fanée depuis un moment, reprend de la vigueur. Un rapide baiser est déposé sur ses lèvres.

— Sans regret, tu n’auras aucune excuse pour foirer les choses avec Justin.

La réponse de Matthias s’étouffe dans un gémissement quand la langue de Toni s’attaque à son aine. Ce dernier navigue d’ailleurs longuement de son pubis à ses testicules en ignorant la verge qui réclame son attention. Matthias tâche de le convaincre en glissant les doigts dans ses mèches brunes et l’encourage d’une pression dès qu’il le sent frôler son gland. Il finit par se cogner l’arrière du crâne dans le mur devant l’entêtement de son ami à nier son désir.

Un soupir stupéfait lui échappe quand les lèvres se referment enfin sur son membre et coulissent en douceur jusqu’à sa base. La tête monte et descend à un rythme lent entre ses cuisses. Toni lui offre un souvenir d’une incroyable douceur. Matthias se noie dans ces sensations et baisse le regard sur Toni pour graver le moindre détail dans sa mémoire. La combinaison de ces stimulations le met en sueur. Il écarte davantage les jambes et se crispe sous l’affluence du plaisir. Soulagé, Matthias laisse échapper ce qui ressemble à un sanglot lorsque l’orgasme le terrasse enfin, plus puissant que ceux qu’il a connus suite à d’autres fellations. Son sperme gicle contre le palais et la langue de Toni, trace amère de leur secret matinal.

Il s’est douché, les draps sont changés et le repas a refroidi. Matthias vérifie la pendule pour constater que Justin a près de deux heures de retard. Comme il est chez son petit-ami, il se doute bien qu’il a juste à patienter pour le voir revenir, mais l’attente se fait longue. Surtout que Toni est parti en avance pour ne pas risquer de le croiser. Leur séparation n’a pas été différente de leur habitude : ils se sont promis de se revoir bientôt, même s’ils savent que plusieurs mois vont s’écouler avant de pouvoir tenir parole. Durant ce laps de temps, ils se contenteront de communiquer par technologies interposées.

La porte s’ouvre enfin et Matthias se tourne vers l’entrée. C’est bref, mais Justin se détend soudain en le voyant : ses épaules retombent légèrement et ses paupières se ferment une seconde de trop tandis qu’il laisse échapper un soupir de soulagement. Ce constat serre un peu le cœur à Matthias ; il n’imaginait pas combien il avait causé de souci à son petit-ami. Justin est le deuxième homme de sa vie et Matthias est déterminé à faire en sorte que leur relation fonctionne cette fois. Il se lève et se dirige vers la cuisine :

— Tu as faim ? J’ai préparé des pâtes, je peux te les faire réchauffer ou…

Deux bras qui l’enlacent par derrière lui coupent le souffle.

— J’ai envie de toi, murmure Justin d’une voix tremblante.

Matthias lui saisit les mains pour lui faire desserrer sa prise et se retourne pour l’embrasser. Le geste de réconfort qu’il veut tendre devient presque rageur alors que Justin le pousse et tente de le faire basculer sur le canapé, sans y parvenir.

— Attends, on va au lit, lui propose Matthias.

Puis, voyant le regard hésitant que jette Justin vers la chambre, il ajoute :

— J’ai changé les draps.

À ces mots, les réticences de Justin semblent s’apaiser et il se laisse entraîner puis déshabiller avant de s’étendre en travers du matelas. Après leur soirée et sa séance matinale, Matthias craint de ne pas pouvoir achever ce qu’il entreprend, cependant il tient à faire plaisir à son compagnon. D’autant que le voir si fragile, lui qui respire habituellement l’assurance, est assez perturbant — et touchant, il se doit de l’admettre. Matthias a l’impression de découvrir une nouvelle facette de son petit-ami, bien loin de l’aplomb insolent dont il faisait preuve la veille. Cela lui donne envie de le réconforter et il se demande depuis quand Justin peut bien masquer ses véritables sentiments. Malgré une pulsion protectrice, Matthias ne veut pas lui faire de promesses vaines. Déjà, ils doivent repartir sur des bases saines. À son tour, il ôte ses vêtements et s’allonge tout contre le corps offert, le recouvrant en partie. De ses mains, il prodigue des caresses qu’il espère apaisantes pour calmer l’affolement du rythme cardiaque qu’il sent sous ses lèvres quand il embrasse le cou de Justin. Celui-ci est crispé. Sa respiration est hachée, comme s’il se retenait de l’étreindre à l’en étouffer. Ou de pleurer. Matthias pose un doigt sur sa mâchoire et le force à le regarder. Les cernes et les yeux rouges lui confirment que son petit-ami est épuisé.

— Est-ce que tu as dormi ?

— À ton avis ?

Au regard fuyant de Justin, Matthias comprend ce qu’entendait Toni quand il lui a dit que son petit-ami méritait une vraie chance. Celui-ci lui a donné une opportunité de le quitter, d’en choisir un autre que lui et s’est rendu malade à l’idée de rentrer dans un appartement vide. Certes, il s’en est fallu de peu pour que ce soit le cas et Justin doit en être conscient. Le risque est qu’il se montre hostile envers Toni, ou qu’il cède à tous les caprices de Matthias de peur de le pousser dans les bras de son prétendu rival. Or, Matthias veut éviter cette attitude à tout prix. Il a quelques remords à l’idée de mentir à Justin, mais il doit calmer ses craintes pour que sa relation avec Toni ne soit plus considérée comme une épée de Damoclès.

— Toni et moi, on se connaît depuis des années et je sais que notre complicité peut paraître ambiguë. Mais, entre nous, il n’y a jamais eu le moindre malentendu. On est de très bons amis, mais ça ne dépasse pas ce stade. Je n’avais jamais eu envie de coucher avec lui et je n’ai pas l’intention de recommencer.

— C’est ce qu’il a dit aussi.

Matthias devine à la façon amère dont Justin s’exprime qu’il n’est pas si naïf. Si Matthias ou Toni n’avaient jamais eu de désir latent, l’un d’entre eux aurait refusé cette soirée. Et ils n’y auraient certainement pas pris autant de plaisir. Justin a bien vu leurs réactions et Matthias sait qu’il n’est pas dupe. Cependant, Matthias fait mine de rien et reprend ses caresses pour distraire Justin. Ce dernier encourage ses attouchements en posant une main sur la sienne, la forçant à descendre plus bas. Là où son petit-ami est impatient, lui préférerait prendre son temps et le persuader de sa sincérité.

— Dépêche-toi, Matt, je veux te sentir en moi.

— On n’est pas pressés. Tu peux te reposer. Je reste là.

Les mots rassurants n’ont aucun effet : Justin ne l’entend pas de cette oreille et écarte les jambes, se collant de son mieux contre lui. Matthias finit par céder, se plaçant plus confortablement entre ses cuisses. Néanmoins, il n’a pas le lubrifiant à portée de main et son érection est bien trop timide pour lui permettre de pénétrer son petit-ami, aussi se contente-t-il de simuler l’acte, faisant frotter, l’un contre l’autre, leurs sexes en un rythme brutal. Sous les coups de reins secs et rapides, Justin semble satisfait et se jette sur sa bouche. Au bout de plusieurs minutes, le baiser se fait moins violent, tout comme les déhanchements de Matthias. Leurs corps moites s’apaisent, même si la jouissance leur restera interdite pour l’heure, et c’est haletant que Justin pose ses conditions :

— Il n’y a pas qu’Antonin. C’est devenu trop difficile et je ne peux plus faire semblant de m’en moquer quand je te vois avec un autre homme, Matt.

— J’ai compris le message, ne t’en fais pas. Finis les plans foireux, je m’en tiens à toi.

Il n’ajoute pas que Justin aurait dû lui en parler plus tôt, parce qu’il n’est pas évident que sa réponse aurait été la même avant leur aventure de la veille ou sa discussion avec Toni de ce matin. Ils roulent l’un contre l’autre, Justin cherchant le contact de sa peau. Malgré la chaleur qui irradie de leurs corps, Matthias rabat la couette sur eux et se colle un peu plus contre Justin. Les yeux mi-clos, il joue avec les boucles blondes et sent leurs respirations ralentir, tous deux plongeant lentement vers le sommeil. Un reniflement amusé lui fait hausser les sourcils.

— Je déteste cet appartement, avoue soudain Justin.

La remarque peut sembler innocente, mais Matthias comprend que c’était vraiment un moyen qu’avait trouvé Justin pour le tenir éloigné de chez lui. Il se contente de répondre d’un simple « Moi aussi ».

Ils échangent un regard complice et Matthias voit le coin de la bouche de son petit-ami se relever en un demi-sourire, faisant poindre cette fossette taquine qu’il affectionne tant. Malgré des semaines à venir qui risquent d’être compliquées, Matthias est confiant. Certes, des ajustements sont à faire et il sait qu’ils ne seront pas à l’abri de disputes teintées de ressentiment. Toutefois, quand Justin dépose un baiser léger sur son torse et repose la tête sur son épaule, Matthias resserre son étreinte dans un réflexe protecteur. Sentir le poids familier contre son corps est plaisant et il réalise qu’il s’en est fallu de peu pour qu’il perde Justin. Savoir Toni disponible pour le consoler n’est pas si rassurant au final. À chaque souffle de Justin sur sa peau, Matthias est conforté dans son choix. Le nez plongé dans les boucles blondes, il finit par s’endormir à son tour.

2 thoughts to “Quitte ou double (3)”

  1. Est ce la fin ?
    Je trouve pour l’instant cette histoire terriblement triste.
    Alors cette superbe scène de sexe était un coup monté ? Pourquoi n’y a t il que ces deux options ? Pourquoi les couples en relations ouvertes ou libres sont toujours décrits comme des gens qui ont des problèmes et ne sont pas heureux ? Pourquoi sont ils si peu honnêtes l’un envers l’autre ?

    Je trouve aussi cela peu crédible. Chapeau a celui qui arrive a couché, et prendre son pied, avec celui qui va peut etre lui piquer son mec. Chapeau aussi a celui qui s est fait manipulé et qui finalement accepte la situation sans rien dire.

    J’ai quand même adoré lire cette histoire, j ai relu le ch 2 une dizaine de fois, vraiment très bien écrit, très érotique. Mais je l’ai surtout aimé car il y avait de l’amour sincère et honnête entre les trois. Avec certes des insécurité parfois. Normales. Belles.
    J’espérais une fin différente des fins habituelles dans les histoires érotiques. Plus audacieuse, plus moderne.
    Je suis desolee pour ce commentaire un peu négatif. C’est personnel, je suis polyamoureuse un peu fatiguée de voir ecrit partout que jalousie, possessivité et manipulation riment avec amour.

    1. D’abord, désolée pour ma réponse (extrêmement) tardive.

      C’est bien la fin pour cette nouvelle. Je vais ajouter une note pour le signifier.

      Quant à la possibilité d’une relation polyamoureuse, j’y avais pensé lors de l’écriture (en 2012), mais ça m’avait alors paru la solution de facilité.

      Et les ressentiments déjà présents avant entre les personnages me faisaient hésiter sur la viabilité d’une telle histoire.

      Ceci dit, je comprends votre déception, mais je suis heureuse d’avoir au moins pu vous séduire avec la scène du chapitre 2.

      J’ai beaucoup appris depuis 2012, en écriture et sur le polyamour donc j’espère pouvoir écrire aussi une belle histoire sur ce thème si l’occasion se présente.

Répondre à Magena Suret Annuler la réponse.