Vintage Gay Men

Autrice : Valéry K. Baran.

Genres : Duo homosexuel, érotique.

Résumé : Chris débarquait toujours à l’improviste. Chris était l’étudiant bohème, parasite de référence. Alex n’aurait même pas su dire comment il avait fait pour s’installer ainsi dans son existence, pas plus que pour devenir un élément de son quotidien.

Vintage gay men

Chris débarquait toujours à l’improviste.

Chris entrait, se servait un café, déambulait pieds nus sur le carrelage du salon et allait se prendre une douche avant de sauter dans la piscine. Alex le trouvait en maillot sur un transat, en train de descendre ses bières, ou avec une bouteille de champagne emmenée « comme ça » — et pourquoi faudrait-il une raison ? — sur son perron, si ce n’était en train de leur préparer un plat au fumet intriguant dans sa cuisine. Puis Chris lui parlait des histoires de cul des autres élèves de leur fac et des profs, et puis des siennes, avant de squatter tout le soir durant la terrasse de sa baraque. Chris lui piquait tous ses cours pour les photocopier et rattraper ainsi ses séances d’amphi séchées. Chris vidait trop souvent son frigo, mais se rattrapait toujours juste avant qu’Alex s’en agace avec des élans de générosité inattendue.

Chris était l’étudiant bohème, parasite de référence. Alex n’aurait même pas su dire comment il avait fait pour s’installer ainsi dans son existence, pas plus que pour devenir un élément de son quotidien, aussi habituel que le ronronnement de sa cafetière ou le reflet de son visage dans la glace vieillie de sa salle de bains. Chris était un mystère ambulant.

Lorsqu’il le vit s’approcher lentement de lui, son pantalon baggy retroussé sous ses genoux et ses poches pleines à craquer — Chris y transportait toujours toute sa vie —, et son habituelle boucle d’oreille tête-de-mort pendant à son lobe gauche, il leva simplement les yeux pour l’observer. Le voir s’asseoir en tailleur à ses côtés ne l’étonna pas. Allongé sur les lattes chaudes de sa terrasse, les oreilles bercées par le clapotis de l’eau de la piscine, il observa sa silhouette se détacher sur le bleu plein du ciel, masquant le soleil qui nimba les mèches blondes de ses cheveux d’or pur. Un temps, il se surprit à y perdre son regard.

– Ce sont des bears, lui fit enfin remarquer Chris en se montrant la photo qu’il tenait dans ses mains.

Alex leva de nouveau cette dernière au-dessus de son visage. La musculature des deux modèles, franche et puissante, témoignait d’un travail physique que ne permettait pas une salle de sport, et leur pilosité, ajoutée à la calvitie de l’homme accroupi, en faisait tout sauf des figures de mode.

– On dirait Robert Hue, marmonna Alex en s’attardant sur la barbe en collier du modèle debout.

Chris émit un léger ricanement. Il étendit ses jambes sur le bois de la terrasse.

– Je ne sais vraiment pas ce que je vais pouvoir en faire, soupira Alex.

– C’est pour quoi ?

– Travail pratique. On est censé proposer quelque chose à partir de ce cliché.

Chris se pencha pour examiner plus attentivement le cliché.

– Une histoire de bûcherons dans les bois ?

Les deux modèles se tenaient en effet devant un arbre, en pleine nature, et ce qui dépassait légèrement des doigts de l’homme accroupi ne pouvait être que l’extrémité du sexe tendu de son partenaire. Du moins, Alex avait assez usé ses yeux dessus pour en avoir acquis une certaine certitude. Chris lui aussi sembla s’y attarder : sur cet arc rebondi qui dépassait de son poing. Le fait que la photo soit en noir et blanc et que sa cuisse épaisse en masque le bas laissait un léger doute.

– Il a le droit de vous faire travailler sur ça ?

– Le prof est un connard, grogna Alex pour toute réponse.

– Tu trouves ?

Alex prit une longue inspiration et essaya de se modérer.

– Cyprien est un connard, corrigea-t-il. S’il avait trouvé mieux à faire qu’insulter son voisin de gauche en le traitant de PD, on n’en serait pas là. Si le prof avait trouvé une meilleure punition que de nous filer ce cliché sur lequel bosser, on n’en serait pas là non plus. Ou au moins une punition individuelle… Il n’y a que cet abruti qui a eu des propos homophobes, autant que je le sache, pas le reste du groupe.

Chris ne dit rien, considérant seulement la photographie avec attention. Lorsqu’Alex dirigea son regard vers lui, il le vit pencher la tête vers l’arrière. La mèche de cheveux plus longue qu’il gardait entourée de ficelles colorées, à la Anakin Skywalker, lui descendit dans le dos et Alex remarqua l’arbre qui se détachait un peu plus loin sur l’azur du ciel, le vent faisant bouger les feuilles de sa cime. Comme sur la photo. Son esprit vagabonda.

– On disait déjà « bear », à l’époque ?

– Bien sûr, commenta Chris.

Alex se demanda comment il pouvait en être si sûr, mais se garda d’en faire la remarque. Chris était gay. Chris devait forcément savoir des choses que lui ignorait, ou du moins avoir une culture plus poussée que lui à ce sujet. Si ça se trouvait, Chris ne bloquait pas comme lui sur l’apparence des deux types du cliché. Peut-être aimait-il les bears ?

– C’est quoi le thème qu’il a demandé, exactement ? l’interrogea Chris.

Alex eut un rire nerveux.

– « Vintage gay men ».

Chris succomba aussitôt à l’hilarité.

– C’est un connard, je t’ai dit, commenta Alex.

– Je le trouve plutôt culoté, pour le coup.

Chris avait ce petit sourire qu’Alex s’était habitué à lui voir parfois : celui qui, rêveur, semblait toujours voir au-delà de la surface des choses, comme s’il y avait des profondeurs à déceler qui échappait au reste de l’humanité. Un temps, alors qu’il le regardait, le vent balayant ses cheveux qui naviguaient en un désordre artistique autour de sa tête, avec les feuilles bougeant derrière lui et le ciel bleu en fond, il se demanda si Alex pouvait éprouver du trouble auprès de lui… S’il pouvait y avoir du désir, quelque chose au-delà de l’amitié. Il s’en voulut de cette pensée et tâcha de la chasser : il n’avait pas envie de toutes les filles qu’il côtoyait, pourquoi Alex aurait été différent vis-à-vis des hommes ?

– Tu voudrais me servir de modèle ? demanda-t-il toutefois tout de go.

Chris haussa les sourcils.

– Pour ce travail ?

– Oui.

Une jolie moue déforma un instant ses lèvres pleines, puis Chris souffla en reportant son regard sur la piscine.

– O.K.

***

Chris se prostituait. Ou, du moins, quelque chose comme ça. Alex avait toujours du mal à faire se connecter l’image glauque qu’il avait de cette activité avec la légèreté de Chris à ce sujet, qui discutait avec des inconnus sur des sites de rencontre, apprenait brièvement à les connaître, prévoyait des plans cul… jusque-là rien que du très banal. La différence était seulement que, juste au moment où ces derniers pourraient se concrétiser, il annonçait qu’il était tarifé. Il aurait pu coucher avec ces types sans cette précision. Il n’avait pas vraiment besoin d’argent : celui qu’il gagnait — et Alex doutait qu’il soit bien conséquent — lui servait vraisemblablement plus à s’offrir du superflu qu’à autre chose. Mais Chris le faisait quand même. Ça devait l’exciter. Ça devait exciter les types d’en face — du moins, ceux qui acceptaient, forcément. Ça devait ajouter du piment à ses rapports. Alex le supposait, en tout cas. Il ne voyait guère d’autre raison, sinon, pour que Chris se prête à ça.

Toujours était-il que, lorsqu’il avait proposé à Chris de le payer, pour ces photos, celui-ci avait accepté sans sourciller. Ce devait être normal, pour lui. Il le lui rendrait certainement l’un de ces jours en apportant une bouteille de champ’, « comme ça », comme il le disait toujours.

Il y avait un arbre, dans le bois derrière sa maison, qui ressemblait à celui de la photo : un bouleau fin, tordu, dont les taches sombres sur l’écorce rendraient sûrement bien pour des clichés en noir et blanc. Chris n’avait absolument rien de « vintage », à moins que la petite natte à la Anakin soit déjà entrée dans cette catégorie-là, mais il était « gay », c’était un « man », et ils étaient dans un coin de nature désert avec un arbre en fond ; ce serait amplement suffisant pour répondre à la photo qui lui avait été donnée.

– Tu veux que je fasse quoi ? demanda Chris en prenant l’une de ses poses cool dans lesquelles il excellait.

Ce devait être une seconde nature, pour lui. Ou le fruit d’années d’entraînement.

Alex considéra le site.

– Que tu te poses là.

Il lui indiqua le devant de l’arbre. Il y avait de l’herbe sèche, presque jaune à cause de la chaleur ambiante, et la terre avait pris des couleurs de sable. Chris se positionna. Alex chercha l’angle le plus intéressant, puis décida de s’accroupir pour inclure plus de ciel dans son cadrage.

– Tu veux que je me dépoile ? proposa Chris.

Alex eut une seconde d’hésitation.

– Oui.

Chris eut un sourire en coin — cool, toujours, parfaitement cool — et approcha la main de la joue d’Alex pour dégager l’une des mèches bleues de ses cheveux — c’était son excentricité à lui, avec les rangées de piercings de ses oreilles. Alex en fut vaguement perturbé.

– D’accord, dit Chris.

Et il ôta son t-shirt, puis son baggy délavé. Quand il attrapa le rebord de son caleçon pour l’enlever, Alex fut toutefois surpris. Il n’aurait pas dû l’être puisque Chris se contentait de reproduire ce qui apparaissait sur la photo, mais il aurait pu rester juste torse nu, pantalon légèrement baissé. Pour Chris, ça ne devait pas être dérangeant de se dénuder, toutefois. Ou probablement.

– Tu prends des poses ? lui suggéra-t-il.

Il se déplaça ensuite autour de lui avec l’appareil. Chris s’adossa contre l’arbre, leva une main au-dessus de sa tête pour saisir l’écorce, se caressa le torse avec l’autre… Il savait s’y prendre. À aucun moment, il ne lâcha l’objectif du regard.

– Change un peu.

Chris sourit.

– Comme quoi ?

Alex haussa une épaule. Il ne savait décidément pas comment aborder ce travail.

– Je ne peux pas faire comme les types de la photo. Je suis seul, lui fit remarquer Chris. Et je ne suis pas un bear.

– Pas grave.

Chris semblait réfléchir. Calculer comment il pourrait faire pour répondre au travail qu’avait demandé le prof d’Alex.

– Ton sujet, c’est bien « vintage », hein ?

– Oui. Mais j’ai déjà pensé à comment résoudre le problème. Ce n’est que des détails techniques à arranger.

Des règlements à faire avec son appareil, des retouches numériques derrière. Il y avait toujours la possibilité de donner un faux aspect vieilli à la photo pour faire comme si elle datait de plusieurs décennies.

Chris leva les yeux au ciel, pensif, et attrapa ses attributs sexuels d’un geste qui sembla rêveur pour les caresser doucement.

Alex ne sut comment réagir. La situation était inhabituelle. Il commença à se sentir véritablement mal à l’aise.

– Ne fais pas des trucs trop pornos, dit-il seulement. Sinon, je ne pourrais pas les exploiter.

Un sourire goguenard s’afficha sur les lèvres de Chris.

– Tu n’auras qu’à cadrer l’image pour que ça passe. C’est bien le cas de la photo sur laquelle tu dois te baser, d’ailleurs, non ?

Chris n’avait pas tort.

Alex resta quelques secondes dubitatif, puis il lui demanda :

– Tu comptes faire quoi ?

– Quand j’étais gamin, il y avait des images qui me fascinaient…

Chris sembla partir dans ses souvenirs, le regard au loin.

– Toutes ces statues de Dieux grecs, poursuivit-il. Avec ces positions précieuses et ces corps exposés. Peut-être qu’on peut…

Il se rapprocha de l’arbre pour y saisir un pan de lierre qu’il arracha avec force. Il l’enroula ensuite en plusieurs cercles autour de sa tête. Il avait déjà l’air plus « vintage », en effet : un aspect Bacchus, à la fois décadent et bucolique. Puis il s’adossa contre le tronc. Sa main se repositionna sur son sexe et Alex ne put s’empêcher de remarquer qu’il était légèrement redressé.

– Ça va, comme ça ? souffla Chris en fermant les paupières.

– Oui.

Il commença à prendre quelques clichés. Il fit semblant de ne pas voir que le sexe de Chris gonflait doucement, cadrant avec précision son visage ou le haut de son corps, ou effleurant à peine l’endroit où sa main rencontrait sa verge tendue. Chris renversa la tête en arrière, respirant plus fort. Tandis qu’il entrouvrait les lèvres dans l’expression d’une excitation évidente, Alex se surprit à dire :

– Continue.

Alors, il captura contre lui-même les images troublantes de cette scène à laquelle il ne se serait pas attendu à participer.

***

Lorsqu’Alex rentra de la supérette, le lendemain, Chris était allongé sur un transat du bord de sa piscine, des écouteurs dans les oreilles et son bras replié sur ses yeux pour les protéger du soleil. Alex posa ses cabas au milieu du coin cuisine et commença à les vider sans lui prêter attention.

Chris alla se poser dans l’ouverture de la baie vitrée. Il prit appui sur le montant en un déhanché digne d’un modèle de magazine.

– Alors ? Comment ça s’est passé avec le prof ?

Alex fit une moue rapide.

– On n’en a pas parlé.

Chris haussa un sourcil.

La vérité était qu’il n’avait pas rendu son travail. Que de nombreux étudiants avaient fait de même. Que l’aspect tendancieux du cliché avait été critiqué, et vertement par des étudiants qui avaient eu assez de la veille pour finir bien remontés. Et que le prof s’était contenté de répondre d’un sourire énigmatique avant de passer à autre chose. Alex avait eu l’impression de s’être fait avoir en se prêtant au jeu, pour sa part.

Il rangea sa dernière bouteille de lait dans son placard.

– Tu t’es baigné ?

– Oui, répondit Chris.

– Je vais faire pareil.

Alors qu’il allait rejoindre l’étage pour chercher son maillot, Alex se retourna cependant pour regarder le dos de Chris qui s’éloignait.

Et il se demanda si le trouble qui l’avait désormais gagné allait persister indéfiniment ou s’il finirait par s’effacer.

Laisser un commentaire